L'affaire des poisons

Ceux qui suivent un peu savent que, le week-end dernier, je perdais mes pas dans la capitale. Arrivé samedi aux aurores, en bon hôte farpaitement élevé, j'ai accompagné mon hôtesse dans sa quête d'approvisionnement et plus précisément chez Tang, établissement fort connu du XIIIème arrondissement. Là, nous emplettâmes moult nourritures terrestres que je ne vous décrirai pas. A l'exception d'une, sinon je suis bien ennuyé pour continuer cette note.

Il s'agit d'un intermédiaire entre le saucisson et le pâté que, vulgairement, on appelle du pâté vietnamien. Un bidule à base de porc, de saumure de poisson et de plein d'autres bonnes choses. C'est, à une échelle bien moindre, comme le durian : une odeur assez particulière et un goût d'ailleurs mais vachement bon. Sauf qu'il en est des goûts comme des couleurs, ça varie selon les gens et l'état de putréfaction.

En l'occurrence, ce délicieux plat n'a pas eu l'heur de plaire à mes hôtesses. Ce sont des choses qui arrivent, même en la meilleure compagnie et, plutôt que de se formaliser, il fut convenu que je repartirai avec cette horreur le machin et comme ça tout le monde sera content. Dossier clôt.

Dossier clôt ? Que nenni : l'esprit féminin est retors et n'a de cesse d'égaliser le score. Je l'ai bien compris lorsqu'au moment de partir, genre t'as même plus cinq minutes pour négocier un refus sinon tu rates ton train, il m'a été proposé d'emporter une part de clafoutis fait maison. La bonne vieille loi du talion, version alimentaire.
De retour en mes pénates, après une nuit dans le train durant laquelle je n'ai osé user du clafoutis pour étouffer le ronfleur de la couchette d'en face, je fus confronté à un cornélien dilemne :

  • mentir quant à ma dégustation du clafoutis, ou
  • le manger, au péril de mon (fragile) équilibre alimentaire et mental.

Ne pouvant me résoudre à mentir à une amie, j'ai opté pour la seconde issue.
Et j'y ai survécu.
Je dois à la vérité d'apporter un démenti formel à la légende du clafoutis-tueur.
Dont acte : le clafoutis était très bon, les cerises nombreuses et parfumées, la pâte subtile et légère. Un vrai régal. Miam.

Et pour les médisants qui se poseront inévitablement la question, non je ne suis pas séquestré et non cette note n'est pas le prix de ma libération.

Commentaires

1. Le mercredi 24 mai 2006, 12:46 par samantdi

Après deux lectures, et pourtant en possession de toutes mes facultés mentales, je dois dire que je n'ai eu du mal à suivre le fil de ce périple gustatif !

Voilà ce que j'ai cru comprendre :
De passage à Paris, ne voulant pas arriver les mains vides chez ton hôtesse, tu décidas de faire l'emplette d'un "pâté vietnamien" (idée originale). Or, le plat ne plut pas : tu fus donc obligé de le remporter, agrémenté d'une part d'un délicieux clafoutis aux cerises.
Mangeant le clafoutis que tu soupçonnais, sur la foi de témoins peu fiables, d'être indigeste, tu eus la divine surprise de t'en régaler.

Mais qu'est devenu le pâté vietnamien ?

2. Le mercredi 24 mai 2006, 15:14 par PrincessH

Il l'a tartiné sur le clafoutis.

Bon, d'accord, je sors.

3. Le mercredi 24 mai 2006, 17:05 par Camille des iles

l'affaire des poissons? humhum. Et c'est quoi cette légende selon laquelle le clafoutis serait indigeste? c'est super bon le clafoutis..!

4. Le mercredi 24 mai 2006, 22:05 par Nuits de Chine

Samantdi : le pâté vietnamien est revenu dans mes bagages, et je m'en délecte à chaque repas (sauf au p'tit dej, mes perversions connaissent quelques rares limites)
PrincessH : on a parfois d'étonnantes surprises avec le sucré-salé...
Camille : il y a, dans des recoins obscurs de la blogomachine, des allégations comme quoi certains clafoutis, préparés par certaines personnes, tiendraient des armes de destruction massive. Je n'en dirai pas plus.

5. Le jeudi 25 mai 2006, 20:37 par Vroumette

Connaissant la réputation dudit clafoutis et ses nombreuse qualités, j'aurai une petite question : peux-tu certifier que le clafoutis ait été préparé par ton hôtesse, auquel cas, il va nous falloir procéder à un démenti national !

6. Le vendredi 26 mai 2006, 15:20 par Anne

Ah si on parle de durian, je repars, moi, hein !

7. Le vendredi 26 mai 2006, 17:33 par akynou/racontars

« les cerises nombreuses et parfumées »

des cerises nombreuses et parfumées à Paris en ce moment ??? Voilà qui m'interroge !

8. Le vendredi 26 mai 2006, 20:51 par Nuits de Chine

Vroumette : je suis terriblement déçu que tu mettes ainsi en doute ma parole !
Anne : n'oublies pas qu'en tant que mère attentionnée et soucieuse de la formation du spectre gustatif de ta fille, tu devras manger de tout afin qu'elle en profite indirectement via l'allaitement.
Akynou : les cerises étaient peut-être d'importation, ou tellement ruineuses qu'on n'a pas osé me le dire.
-- Xj

9. Le samedi 27 mai 2006, 11:12 par Anne

Arg ça commence mal, elle est au bib :-D (stratégie infâme anti durian, je sais...)

10. Le samedi 27 mai 2006, 14:18 par Nuits de Chine

Anne : tsss la pôvre petite, déjà au latex à peine née...