lundi 26 octobre 2020

Cacher (iwak 26)

La petite n'a pas encore compris toutes les subtilités du cache-cache. Notamment qu'il est peu pertinent d'indiquer « je vais me cacher là, et tu me cherches » avant d'aller dans l'endroit évoqué. Bien sûr, nous jouons le jeu et la cherchons longuement, ignorant ses rires voire l'un ou l'autre membre qui dépasserait. Comme le font tous les parents ou grands-parents, je présume.

mardi 13 octobre 2020

Dune (iwak 13)

J'ai connu une période, dans ma jeunesse étudiante, durant laquelle je lisais au moins une fois par an Dune ainsi que Le messie de Dune et Les Enfants de Dune. Je me suis calmé depuis, mais je reprends toujours avec plaisir ces livres. Je connais toujours (presque) par cœur la litanie contre la peur.

dimanche 11 octobre 2020

Répugnant (iwak 11)

Un concombre que l'on a oublié au fond du frigo et qui a pourri, c'est déguelasse (semi-liquide, ou semi-solide, comme vous voulez). Deux, c'est carrément répugnant. Heureusement, ils étaient encore dans un sac, l'évacuation n'a pas posé trop de problèmes.

samedi 10 octobre 2020

Espoir (iwak - 10)

Je me méfie des espoirs affichés par certains ou certaines, notamment pour faire face au changement climatique. Bien souvent, cela confine[1] à la croyance en une solution miraculeuse qui arrivera sans n'avoir rien à faire -- solution dont nous n'avons pas le moindre début de commencement, bien entendu.

Comme disaient nos anciens, « aide-toi, le Ciel t'aidera ». Si tu espères en quelque chose, agis pour que cela se fasse, même si ton action individuelle paraît dérisoire. Ça ne viendra pas tout seul.

Note

[1] Hôô le joli mot en la situation sanitaire actuelle.

jeudi 8 octobre 2020

Dents

Je dois à mon héritage génétique d'avoir des dents assez larges et une machoire assez étroite. Il n'y a pas assez de place là-dedans. L'Héritier a le même problème, mais nous avons pris les devants lorsqu'il était jeune. Il ne devrait pas connaître les mêmes difficultés que moi : mes dents de sagesse[1] poussent de manière un peu anarchique. L'une est carrément à l'horizontale. Une autre a poussé partiellement sous une molaire, fragilisant cette dernière qui a fini par se briser et devoir être arrachée ou plus exactement éparpillée par le dentiste, façon puzzle[2].

Si j'en crois ce que je ressens depuis queques temps, une autre molaire est sur le siège éjectable.

Notes

[1] Il serait temps qu'elles arrivent, mais justement leur timidité est dûe au manque de place pour qu'elles s'expriment.

[2] J'adore ce film !

mercredi 7 octobre 2020

Fantaisie

Le net ralentissement de mon activité professionnelle, lié à la pandémie (mes clients sont pour certains en mode survie, les conseils en sécurité informatique ne sont pas vraiment leur priorité) me donne du temps pour travailler à l'une de mes fantaisies : de belles mises en page pour mes rapports.

Lire la suite...

mardi 6 octobre 2020

La souris, les parents et la mort

Ce n'est qu'en cherchant quoi écrire sur ce sujet que ce souvenir enfoui m'est revenu. La mémoire, c'est rigolo. Je situe ça entre 1972 et 1975, dans mes jeunes années depuis longtemps enfuies.

Lire la suite...

lundi 5 octobre 2020

Lame

J'ai une certaine fascination pour les armes blanches[1]. Bien que s'agissant d'instruments de mort, je trouve à ces lames plus ou moins travaillées une certaine beauté. Froide, voire glaçante, certes, mais bien présente. L'élégante courbure d'un katana, la lourdeur d'un khukuri...

Soyez rassurés, ma petite collection reste bien sagement rangée. Je sais me tenir.

Note

[1] Les armes à feu me révulsent.

dimanche 4 octobre 2020

Radio

Je me souviens, enfant, de mon père qui allumait la radio pour le petit-déjeuner. Je me rappelle aussi, quelques années plus tard, de l'un des premiers si ce n'est de mon premier cadeau « technologique », un mini-transistor à piles doté d'un écouteur. Lequel fut rapidement confisqué afin que je cesse de m'endormir avec. Et aussi l'auto-radio, qui meublait les longues heures de voiture pour les début et fin de vacances.

Aujourd'hui, je n'écoute plus la radio, pas plus que je ne regarde la télévision d'ailleurs. Les podcasts ont remplacé l'une, et l'autre ne m'a jamais vraiment intéressé.

samedi 3 octobre 2020

Le cheval rouge

Ce livre, écrit par Eugénio Corti, évoque une quarantaine d'années de l'histoire de notre voisin italien, en commençant un peu avant la seconde guerre mondiale. Il s'agit d'un ouvrage épais, voire massif (1400 pages, quand même). Malgré cette taille pour le moins imposante, il se lit très bien - et apporte une vision que l'on ne connaît que peu, celle des soldats italiens engagés aux côtés des allemands dans la campagne de Russie.

J'ai déjà lu « Canal Mussolini », qui offre une vision intéressante de la montée et de la chute du fascisme en Italie. « Le cheval rouge » présente un panorama plus large, tant dans le temps que dans les sujets abordés.

Il me reste à trouver l'équivalent pour l'Espagne. J'ignore si des ouvrages semblables (couvrant la guerre civile et le franquisme) existent. Il y a bien Paracuellos, de Carlos Gimenez, mais c'est clairement dans un registre différent.

- page 1 de 15