La tête hideuse du dragon émergea des brumes de l'oubli

Le 'ternet, ça permet de renouer des liens. Il suffit de voir tous les sites du genre mes anciens copains que j'ai perdu de vue parce qu'ils voulaient plus me causer et puis c'étaient tous des crétins qui fleurissent partout[1]. Parfois, ces disparus-du-radar se rappellent à votre bon souvenir, comme cela m'est arrivé ce matin.

Notes

[1] J'aurais pu arrêter les italiques après partout.

Dans ma boîte à lettres électroniques, il y avait ceci :

Bonjour,

Ca fait plusieurs fois que je vois ton nom sur ces types de réseaux et que j'hésite. Finalement je me décide, mais ça m'oblige un peu à compter et à prendre un coup de vieux. Mon nom ne te dit rien probablement; avant d'être mariée je m'appelais A. B. m'avait dit que ça marchait bien pour toi, je vois qu'en effet tu as un boulot bien intéressant.

Moi je bosse en freelance depuis plus de 15 ans, mais je crois que maintenant je vais essayer autre chose.

C.

(pour une évidente raison, j'ai abrégé les noms et prénoms, et changé les initiales). L'expression ces types de réseaux désigne les systèmes genre Viadeo et LinkedIn.

C. A. est la première femme avec laquelle j'ai vécu, il y a 21 ans maintenant (B. est une amie commune). Contact rompu lorsqu'elle s'est eclipsée avec un ami, ce sont des choses qui arrivent à des gens très bien[1].

Le message m'a surpris à double titre. Au-delà de l'étonnement de recevoir un message d'une personne que je n'ai pas revu depuis plus de 20 ans, il y a eu celui de ma première réaction : une (brève mais intense) crispation de colère. Pourtant j'estime être plutôt raisonnable et, après 20 ans, il y a plus que largement prescription. Malgré ça, ma réaction primaire fut celle du rejet. Ca n'a pas duré plus d'une ou deux secondes, le temps que les fonctions supérieures du cortex calment l'animal et le rappellent à la raison.

Mais ça suffit pour me faire flipper à mort. Ce n'est pas la première fois que je connais une ou deux secondes plutôt négatives à l'encontre de quelqu'un, sans qu'il y ait matière à justifier pareille réaction. Ca me fait flipper parce que ces deux secondes sont en-deçà de la raison. Ca me fait flipper parce que je me demande si, sous mon vernis bien policé, ouvert aux autres et tolérant, il n'y aurait pas un animal sauvage qui n'a besoin que d'un instant d'inattention pour s'échapper. Ca me fait flipper parce que je me demande ce qui se passera si, un jour maudit que j'espère ne jamais voir, la raison ne reprend pas très rapidement le contrôle de la situation.

Chirac[2] a utilisé l'expression la bête immonde pour évoquer l'antisémitisme (si je me souviens bien). Pour moi, c'est ça, la bête immonde : le rejet épidermique de quelqu'un, que ce soit pour ses convictions (politiques, religieuses, philosophiques...), son origine (géographique, ethnique, sociale...), ses préférences (sexuelles, alimentaires, artistiques...), ou pour toute autre critère fumeux.

Et je la porte en moi. Même si elle est enfermée, cadenassée, reléguée dans un minuscule recoin obscur et rarement fréquenté de mon esprit, je sais qu'elle est là et qu'elle regarde par mes yeux. Chaque fois que je l'enferme de nouveau, comme ce matin, je sais qu'elle ne ressortira plus pour cette même non-raison, un peu comme un vaccin qui nous protège du mal qu'il contient.

Il n'empêche que je redoute la prochaine échappée.

Notes

[1] Maintenant vous savez pourquoi je suis particulièrement sélectif quant à mes amis.

[2] Quelqu'un sait ce qu'il est devenu depuis la mi-mai, au fait ?

Commentaires

1. Le mardi 12 juin 2007, 20:05 par samantdi

L'expression utilisée par Chirac est une citation de Bertold Brecht faisant référence au nazisme :

"Il est toujours fécond, le ventre qui enfanta la bête immonde. "

2. Le mardi 12 juin 2007, 21:31 par Eulalie

Là où tu prends peur, je ne vois qu'un sentiment humain, finalement naturel. Un pincement au coeur, un sentiment de colère, cela prouve que tu as en mémoire des émotions d'alors, que ton réflexe est ta protection, pas que tu es un dragon vengeur. D'ailleurs, Ségo l'a bien dit, il y a des colères saines ! ;)

3. Le mardi 12 juin 2007, 22:45 par Astra

pour répondre à ton petit 2, on ne sait pas spécialement où il est, mais il paraît que les tribunaux veulent le voir ! On peut comprendre qu'il ne se montre pas plus que ça !

4. Le mardi 12 juin 2007, 22:45 par Astra

pour le reste, pas mieux à dire qu'Eulalie :p

5. Le mercredi 13 juin 2007, 07:08 par Kmille

moi, cela me semble normal. Une façon de se protéger. pas de quoi flipper, au contraire, comme dit Eulalie, c'est plutôt sain! peut-être que tu devrais laisser exploser une bonne fois pour toutes? Histoire de savoir où et quand ça pète plutôt que de redouter une échappée non contrôlée?

6. Le mercredi 13 juin 2007, 10:18 par Spica

Moi, je m'arrête juste avant ta dernière phrase : c'est une bonne chose de voir que chaque fois que ce genre de réaction se présente, tu apprends à mieux la contrôler.

7. Le mercredi 13 juin 2007, 17:23 par brol

@ NdC : comme d'hab, je vais gratouiller ;-)
Moi, ce qui me choque dans ton histoire ce n'est pas que tu puisses avoir une montée de haine viscérale mais plutôt que tu t'assures de bien l'enfouir en toi, pour que jamais plus elle ne sorte sans que tu ne l'aies contrôlée au préalable.
Quel meilleur moyen de se créer un ulcère/cancer, ai-je presque envie de te dire ?!
Pour ma part, je préfère être entier, quitte à paraître intolérant aux yeux de ceux qui ne feraient pas l'effort minimaliste de me connaître un tantinet (je n'arrête d'ailleurs pas d'écrire sur le sujet, je suis peut-être obsédé, va savoir ?).

En fait, ton histoire elle me plaît bien, et par elle je te découvre humain. Parce que, bon, c'est sûr que c'est tentant de tendre vers le parfaitement maîtrisé, mais qu'est-ce que c'est barbant aussi !

8. Le samedi 16 juin 2007, 14:19 par Nuits de Chine

Samantdi : au secours, on cite Bertold Brecht chez moi, chuis foutu !
Eulalie : et on cite Ségo juste après, chuis doublement foutu !
Astra : il semblerait qu'on l'a retrouvé, on recommence à en parler.
Kmille : la colère est, chez moi au moins, très mauvaise conseillère. Il vaut mieux la laisser rugir en silence dans sa boîte.
Spica : il faut bien qu'il y ait un peu de positif dans tout ça.
brol : ce n'est pas la haine viscérale qui me gène vraiment, c'est le truc sans justification sérieuse.

9. Le samedi 16 juin 2007, 14:43 par brol

C'est quoi une justification sérieuse ?