J'avais un pense-bête

Quand j'étais (un peu plus) jeune, je n'avais que peu de choses à noter. Mon agenda de poche, puis un cahier, suffisaient largement. En tant qu'étudiant ou débutant, on ne doit pas jongler avec des dizaines de thèmes ou projets différents. Avec l'âge, ça se complique.

Le cahier unique n'est pas efficace : toutes les notes ou idées des différents projets s'y retrouvent. L'archivage devient délicat, tout comme la recherche d'un point ou d'une idée que l'on a noté, mais sur quelle page ? Avoir autant de cahiers/carnets que de projets est aussi peu pratique, à moins de se promener avec une caisse à roulettes.

J'ai maintenant mes pense-bêtes sous forme de feuilles, souvent extraites d'un carnet que j'ai toujours sur moi[1]. Ca me permet de prendre des notes, quelles qu'elles soient, et de les joindre au dossier du dit projet ensuite, même si je n'ai pas celui-ci sous la main. Ou d'ajouter une note aléatoire, genre machin à faire ou truc que j'ai entendu et qui mérite que je m'y intéresse plus tard, aux autres bidules.

Le gros avantage est de ne rien oublier[2] et de ne pas m'encombrer l'esprit avec plein de choses dont je dois me rappeler.

J'ai aussi ma boîte pas-à-roulettes qui contient tous les projets sur lesquels je travaille, plus le dossier fourre-tout.

Notes

[1] Dans les cas d'urgence, j'utilise aussi le verso d'anciennes cartes de visite, ou toute autre surface sur laquelle je peux écrire.

[2] Sauf si j'oublie de le noter, bien sûr.