Rencontres hôtelières - 1

Le week-end dernier, j'ai eu le privilège et, pour tout dire, l'immense honneur et plaisir, de présider à la rencontre de Moricette Fragonard et de Fanny Fenouil, respectivement ex-résidente et ex-collaboratrice de L'Hôtel des Blogueurs. Ce furent de grands moments, dont je vais vous livrer certains.

1- La préparation

Melle Fragonard devant séjourner chez moi, mon orgueil honneur ne me permettait pas de la recevoir dans le bordel immonde rangement aléatoire qui est usuellement mon cadre de vie. Il m'eût été désagréable de devoir supprimer mon invitée à la seule fin qu'elle ne colporte pas dans la communauté des carnetiers tout ce qu'elle pourrait penser de mes méthodes de rangement. Cette préparation a supposé notamment (mais pas exclusivement) :

  • Le remontage et remplissage d'une bibliothèque (certes actuellement composée exclusivement de BDs, mais c'est l'idée qui compte), non seulement pour donner à mon invitée de quoi lire mais aussi pour ne pas laisser l'impression d'un inculte complet ne lisant rien du tout.
  • La pose de 17 mètres de plinthes carrelées dans la pièce qui sera dévolue au séjour de ladite invitée. Je ne craignais pas vraiment qu'elle se mette à shooter dans le bas des murs, mais l'aspect "pas terminé" de la pièce m'est soudainement devenu insupportable, alors que je vivais plutôt bien avec depuis janvier dernier. Allez comprendre.
  • La réalisation brutale et douloureusement tardive de l'état de non-propreté de la housse du canapé dans laquelle Melle Fragonard allait passer ses nuits, et la recherche frénétique d'un pressing capable de me restituer le soir même une housse propre. L'avantage d'habiter dans un petit bled est ici très net, puisque le pressing de pas-trop-loin a officié sans difficultés ni frais supplémentaires.
  • Une terrible activité de rangement-pliage-vaisselle-ménage-rangement-lessivage-nettoyage-rangement, qui ne s'est arrêtée qu'une heure avant l'arrivée du train amenant Melle Fragonard en notre région.
  • Et j'en passe beaucoup d'autres, je ne voudrais pas vous lasser.

2- La première rencontre

Nous devions retrouver Fanny en sa demeure, afin d'y papoter un peu avant d'aller au restaurant nous goinfrer de sushis, makis et autres sashimis. Je fus de nouveau stupéfait par la facilité que peuvent avoir deux carnetiers (carnetières en l'occurrence) pour s'entendre et lier amitié en un clin d'oeil. Il est vrai qu'elles avaient déjà interagi ensemble à l'Hôtel, et peut-être conversé d'une manière ou d'une autre depuis. Il n'empêche.

L'apéritif fut fort enjoué, si l'on omet le comportement pathologique d'un chat noir que je ne nommerai pas, mais dont les instincts psychopathes se sont exprimés par plusieurs tentatives d'aggression de ma personne, heureusement détectées à temps par l'oeil vigilant de Fanny et contrées in fine par une éjection dudit félin hors de la pièce.

Le repas fut délicieux, enjoué, drôle, de ceux dont on se souvient longtemps. Contrairement à ce que j'imaginais, nous n'avons pas parlé uniquement de blogs mais d'une foule de sujets variés. A posteriori, avec deux personnes de la qualité de Moricette et Fanny, le doute n'était pas permis.

Après plus de trois heures d'agapes japonisantes et de discussion, nous avons raccompagné Fanny jusqu'en bas de chez elle, non pour la surveiller mais pour ne pas perdre un instant du plaisir d'être ensemble, puis sommes rentrés dormir du sommeil des justes.

Mon programme organisé s'arrétait là, et bien évidemment les ennuis, qui n'attendaient que cela, n'ont pas tardé.

Mais, et on appelle ça ménager son lectorat, ce sera le sujet d'une autre note.

Commentaires

1. Le mardi 25 octobre 2005, 19:03 par Moricette
wé je confirme, t'es une fée du logis, rangement parfait, plinthes artistement posées (même pas shooté dedans du coup) et félin joueur. Tu dois avoir un truc qui attire les chats, en fait je crois que Bagheera voulait te donner des preuves d'affection tout simplement. Qu'est-ce donc qui a pu te faire penser que, voyons ?
2. Le mardi 25 octobre 2005, 22:17 par [Inconnu]
un homme qui se soucie de son intérieur ! ouahhh .. Non je plaisante ! En tout cas ta note m'a inexplicablement mise de très bonne hummeur ce soir ! Rires
3. Le mercredi 26 octobre 2005, 19:04 par [Inconnu]
euuh, détails a propos de "2- La première rencontre" : fait style tout est beau par crainte de représaille ou tout s'est réelement bien passé ?
(le chat a du être envoyé par qqun qui t'en veut !)
4. Le mercredi 26 octobre 2005, 20:18 par Moricette
nan tout s'est bien passé à ce stade, je suis témoin - et bien incapable de représailles qui plus est, la douceur de Moricette est notoire, Fanny tout pareil. Le chat est la chatte de Fanny, peut-êre que dans une ancienne vie il y a eu un truc mais va savoir.
5. Le mercredi 26 octobre 2005, 21:10 par [Inconnu]
Moricette : en vérité je te le dis, je n'aime pas les chats, qui ne me le rendent pas du tout. D'où une dissonance comportementale importante.
Evaluna : si mes bétises t'amènent quelques sourires aux lèvres, je vais en faire encore plus. Bises.
Falafel : Moricette a répondu pour moi, sans déformer la vérité. Le chat est la réincarnation d'un ancien professeur de maths que j'ai fait tourner en bourrique, et il se venge, c'est tout.
-- xj
6. Le mercredi 26 octobre 2005, 22:53 par Vroumette
Le truc donc c'est de venir à Toulouse pour t'obliger à ranger. pas con ! Tu as encore des travaux à terminer ?
Je ne doute pas une seconde que la soirée fut bonne. Maintenant, la suite, la suite ....
7. Le jeudi 27 octobre 2005, 20:40 par Fanny Fenouil
Quel plaisir de lire ce compte-rendu ! C'est vrai qu'on a passé d'excellents moments ... mais si nous avions su ce qui nous attendait le lendemain, aurais-tu fait nettoyer la housse du canapé ?
(hé hé...)
8. Le jeudi 27 octobre 2005, 20:42 par [Inconnu]
Comment fait-on pour trackbater depuis 20-six, je ne vois aucune référence du billet ?
9. Le vendredi 28 octobre 2005, 09:01 par Vincent
On demande au tracbacké d'utiliser dotclear...
10. Le vendredi 28 octobre 2005, 13:24 par [Inconnu]
Vroumette : en fait c'est la technique que j'utilise, en l'inversant. La seule méthode que je connaisse pour m'obliger à ranger est d'inviter des ami(e)s.
Fanny : Voui, ce furent d'excellents moments. Quant à ce qui s'est passé ensuite... j'en parlerai plus tard.
Samantha : apparemment tu as trouvé, j'ai vu un trackback chez toi...
Vincent : j'y travaille, j'y travaille, mais ça prend un peu de temps.
-- xj