Mais laissez-moi sortir !!!

Ca doit être l'effet "tunnel du Mont-Blanc". Le grand jeu, à plein d'endroits, est de tester les procédures d'incendie. Sans le feu, hein, à blanc si on peut dire. Histoire de voir si, au cas où, tout se passerait bien.

Donc, j'avais rendez-vous ce midi avec une amie qui bosse dans l'une des écoles où je sévis en tant que professionnel qui amène sa longue expérience aux petits jeunots. Je me pointe, un peu en avance. Pas d'étudiants, ce sont les vacances, c'est normal. Je m'engage dans l'escalier, en colimaçon, qui permet de monter aux étages. De mon pas vigoureux, je gravis les marches deux à deux.

J'entends une sorte de "clic psssshiiiii clac" léger, qui ne me dit rien de spécial, et pour preuve je continue mon ascension. Second et dernier étage, tiens la porte est fermée. La main (la mienne, évidemment) se tend vers la poignée, et je tire. Rien. Ha bon ? Elle se pousse celle-là ? Ca m'étonne, depuis près de dix ans j'aurais remarqué mais bon ma mémoire me joue peut-être des tours. Je pousse. Rien. Un peu plus fort, dans les deux sens. Rien.

Bon d'accord, elle est verrouillée. Je redescends au premier... porte verrouillée aussi. Pareil au rez-de-chaussée. Attendez, je suis bien entré par là tout à l'heure, non ?

Haaa c'était donc ça le clic psssshiiii clac. Les électro-aimants qui tiennent les portes ouvertes se sont arrétés, les portes (coupe-feu) se sont fermées, et bien fermées, comme toute porte coupe-feu qui se respecte. Impossible à ouvrir sans instruments contondants.

Je suis bien élevé, je ne vais pas filer des coups de pied dans les portes. Donc je prends mon téléphone portable, et j'appelle la gente dame que je dois renconter. Bip bip bip tûûût tûûût. Elle décroche, j'inspire pour parler et

Whooooooooooouuuuuuuuuu !

Vache, ça décoiffe, là. Que se passe-t-il ? Une tornade juste dans l'escalier ? En fait non, seulement l'extraction de fumées, sur le débit maximum. Evidemment, pour causer, ça ne le fait pas trop. Je m'époumonne, pour faire comprendre où je suis et pourquoi je vais être en retard. Elle est pliée de rire à l'autre bout, merci les copines je reviendrais c'est gentil. Et elle me glisse un "Tu as de la chance : on ne teste pas les sprinklers, sinon tu étais bon pour la douche".

J'ai de la chance. C'est ça oui.

Commentaires

1. Le mercredi 20 avril 2005, 20:16 par Kaptha
Putain...
Ya pas à dire, ça c'est de l'exercice à incendie violent O.o;
2. Le mercredi 20 avril 2005, 20:39 par [Inconnu]
Argggghhh....rien que de lire ça j'ai des frissons d'horreur...Je suis claustro..../-:
3. Le jeudi 21 avril 2005, 09:59 par [Inconnu]
Kaptha : on peut dire ça, oui. Le pire, ce sont les résultats. Ils se sont rendus compte (notamment grâce à ma mésaventure) que les portes coupe-feu créaient des "pièges" dont il est impossible de sortir. Génial en cas de véritable incendie.
Poly : c'est un très grand escalier, très large. Il y a de l'espace, vraiment, pas de quoi être perturbée.
-- xj
4. Le jeudi 21 avril 2005, 14:07 par Krein
j'attends avec impatience l'épisode "sprinklers" à ta prochaine visite hu hu hu...
5. Le vendredi 22 avril 2005, 11:36 par [Inconnu]
Krein : par prudence, je ne vais plus dans cette école qu'avec mon parapluie.
-- xj
6. Le dimanche 24 avril 2005, 17:08 par [Inconnu]
Lol. C'est la même procédure que pour faire sauter le bâtiment ? Achtung ! Achtung ! Ceci n'est pas un exercice... ;-)

7. Le mercredi 27 avril 2005, 14:00 par [Inconnu]
tu ne t'es même pas demandé QUI avait fermé les portes... hahaha grave erreur
(test n°1 : ok)
8. Le jeudi 28 avril 2005, 09:47 par [Inconnu]
Très fort !! Encore une mission à la James Bond ;o)
Tiens ! deux de mes derniers bonbons pour toi avant que je ne quitte définitivement 20six.