C'est à boire, à boire, à boireuuu...

Dans la (courte) liste des (rares) limitations physiologico-psychologiques dont je suis victime, il en est une qui m'empoisonne depuis des lustres, et contre laquelle je lutte ardemment en visant son éradication.

Je suis incapable de boire en marchant.

Oui, vous pouvez rigoler, mais c'est ainsi. Autant je peux manger en marchant (je précise, manger un sandwich ou un bidule du genre, pas un boeuf bourguignon ou une fondue savoyarde), autant toute tentative pour boire amène automatiquement soit un arrêt brutal de la fonction de locomotion, soit un début de noyade, le liquide passant plus ou moins directement dans les poumons. Allez comprendre.

Bien sûr, je me bats contre ce handicap, et c'est ainsi qu'au fil du temps j'ai enregistré des progrès, chacun minime mais qui, additionnés les uns aux autres, montrent bien que l'hideuse bête a reculé. Elle n'est pas encore le dos au mur, à attendre le coup de grâce, mais on en approche. Je vous épargnerai les détails de ma rééducation, pour ne donner que le résultat de ces derniers mois : en environnement contrôlé (pas trop de monde autour, sol sans surprises majeures, marche pas trop rapide voire presque sénatoriale), je puis boire une canette sans m'arrêter de marcher ni m'étrangler. Certes, je ne la bois pas encore d'une traite, mais n'en demandons pas trop non plus.

Fier de cette victoire, j'ai voulu réitérer aujourd'hui cette preuve indubitable d'une extrême et remarquable maîtrise de moi.
En oubliant un détail de taille : la bête est rebelle et retorse, et n'est pas encore occise.

Et elle m'a bien piégé. Jusqu'à présent, je n'avais tenté d'absorber ainsi que des liquides plats (non gazeux, si vous préférez). Aujourd'hui, j'ai pris une de ces boissons au cola à laquelle on doit la couleur des pères Noël.

Or donc, je suis bien élevé et j'évite de recracher brutalement ce que j'ai dans la bouche, surtout dans une galerie commerciale. Je puis donc vous affirmer que :

  • une boisson gazeuse, quand elle remonte dans les narines parce qu'on tousse comme une bête, c'est vachement pas agréable,
  • les gens sont pas sympas et vous regardent alors avec un drôle d'air, alors que vous êtes à la limite de mourir,
  • bien que la densité féminine ait été plus qu'importante, personne ne s'est proposé pour me faire du bouche à bouche,
  • ma jolie chemise rouge rubis arbore maintenant des taches décolorées, certes du plus bel effet mais c'est pas terrible pour aller voir des clients, là où le liquide l'a attaquée

Il n'est rien de plus dangereux qu'un animal blessé (oui bon d'accord, deux animaux blessés peut-être, merci de la remarque).

Commentaires

1. Le mardi 1 février 2005, 01:23 par [Inconnu]
- pour le coca dans les narines, soyez heureux : ça dégage bien les sinus.
- pour faciliter l'ingestion de liquide pendant la marche et même la course, essayez une paille, ça aide. Vous pouvez même synchroniser la pose du pied avec l'aspiration.
- et si ça ne va toujours pas, il vous reste la solution biberon/tétine, impossible de vous tacher avec ça, je vous assure (mais pensez à ranger le biberon avant d'arriver chez votre client).
2. Le mardi 1 février 2005, 01:23 par Krein
Il y a des jours ou on voudrait avoir le don d'ubiquité
3. Le mardi 1 février 2005, 01:23 par Krein
Woé Poly, syncronisation totale
4. Le mardi 1 février 2005, 11:10 par [Inconnu]
Très cher ami... Pourquoi vouloir ainsi sans cesse dépasser vos limites... Vous ETES limité, telle est votre nature que voulez-vous, autant accepter votre sort ! rien n'y fera !..
ainsi vous éviterez une honte gigantesque... Car vous futes la risée de tout le centre commercial qui vous prit, j'en suis certaine, pour l'attraction du jour, "Monsieur Coca fait des farces".
On en a même parlé dans le journal local ! si si !!
(;o) bises quand même Xiao et arrête de faire l'intéressant !)
5. Le mercredi 2 février 2005, 14:07 par [Inconnu]
Je compatis, j'ai le même souci... Ca fait hurler de rire mon mari, qui alors se demande si je suis vraiment rousse ou alors une blonde "under disguise".. mais moi non plus, je ne peux boire en marchant (à moins d'avoir une paille)....
6. Le mercredi 2 février 2005, 22:57 par [Inconnu]
Poly : excusez-moi, chère amie, mais la paille c'est pour les chochottes. D'ailleurs, je n'ouvre pas mes canettes, gazeuses ou non, je les dégoupille avec les dents. C'est tout dire.
Krein : Il y a des jours où on est bien content de vivre dans un coin perdu. Mais si je vais un jour sur Lyon, je suis certain que je trouverai un magasin où avoir un malaise approprié.
Krakott : Je ne fais pas l'intéressant, je suis intéressant. Non mais.
Cookie : Enfin quelqu'un qui me comprend ! Vivent les cosplayers (maintenant que je sais ce que ça veut dire).
-- xj
7. Le dimanche 6 février 2005, 23:36 par [Inconnu]
Jaws, c'est vous ???!!!
8. Le lundi 7 février 2005, 10:20 par [Inconnu]
Poly : damned, je suis découvert !