Mot-clé - 397-chansons

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 22 octobre 2014

A chaque fois

A chaque fois que j'ai fait faire des travaux sur mon toit, ça s'est mal passé. A croire qu'il y a une malédiction.

Lire la suite...

lundi 20 octobre 2014

Mémoire

Ca tombe bien, c'est le thème annuel du cycle de conférences organisé par Science Animation. Nous sommes allés à la première de l'année la semaine dernière. Cette présentation, sur la mémoire des animaux (donc sur la nôtre, comme l'a souligné l'excellent intervenant, M. Giurfa), fut passionnante.

Lire la suite...

samedi 5 juillet 2014

Je pars demain

Le déménagement est en cours[1]. Les derniers jours avant la signature de l'achat ont été un peu épiques, un notaire lors d'une précédente vente ayant oublié de faire une démarche particulièrement importante, genre lever une hypothèque devenue inutile.

Mais ça y est, ma CeT et moi avons un toit qui nous appartient, sachant que je garde toujours le mien-à-moi pour que chacun puisse disposer d'un peu de tranquilité quand il en a besoin.

Et donc nous emballons, portons, chargeons, déchargeons, portons, déballons aujourd'hui (un peu) et demain (beaucoup).

Note

[1] Ce billet a été, pour une raison évidente, rédigé un peu plus tôt.

mercredi 2 juillet 2014

Mon anneau d'or

Après deux ans, je ne me suis toujours pas habitué à porter une alliance. D'une manière générale, avoir quelque chose sur mes doigts, quoi que cela soit, me dérange.

Je ne mets mon alliance que lorsque je sors, comme je mets une veste. Je ne dors pas avec l'alliance, je ne bricole pas et je ne travaille pas en la portant [1].

Pourtant, il ne me viendrait pas à l'idée de la remiser quelque part, à l'abri. Cela reste un symbole important, tellement important que ma CeT veut toujours me la voler.

Note

[1] Sauf si je suis chez un client.

samedi 28 juin 2014

Si c'était à refaire

Je n'hésiterai pas un instant à me marier de nouveau (avec la même personne, je précise).

mardi 10 juin 2014

Bras dessus, bras dessous

Ca faisait longtemps qu'aucun titre ne m'inspirait vraiment. Celui d'aujourd'hui tombe à pic.

Ma CeT m'a dit avoir trouvé une photo de nous sur Internet. Soucieux de mon image, je lui ai demandé de m'envoyer le lien. Je dois avouer ne pas exactement savoir comment prendre la dite photo.

Bras dessus, bras dessous.jpg

Edit du 11 juin J'ignore si la photo est libre de droits. Si ce n'est pas le cas, merci de me le signaler. Elle est de Richard Conde, publiée initialement par le National Geographic.

vendredi 25 avril 2014

L'amour en pointillés

Gibran, dans un très beau poème sur le mariage, écrit

Mais qu'il y ait des espaces dans votre entente.
Que les vents des cieux puissent danser entre vous.
Aimez-vous, l'un l'autre, mais ne faites pas de l'amour un carcan.
Remplissez, chacun, la coupe de l'autre, mais ne buvez pas à la même.
Donnez-vous l'un à l'autre de votre pain, mais ne partagez pas le même morceau.
Chantez et dansez ensemble, et soyez joyeux, mais que chacun demeure isolé,
Comme sont isolées les cordes du luth, bien que frémissantes de la même musique.

Ce n'est pas de l'amour en pointillés, qui me paraît véhiculer une notion de je t'aime/je ne t'aime plus. C'est plutôt de l'amour en relief. Chacun demeure, indépendemment de son appartenance au couple. Les petites séparations ne font que rendre plus intenses les moments ensemble.

L'aube n'est jamais aussi belle que quand on l'a attendue toute une nuit.

mardi 22 avril 2014

Tu ronfles !

Je n'ai jamais supporté les ronflements, y compris les miens. Ces sons m'irritent quand je suis réveillé, et m'exaspèrent quand j'essaie de dormir.

Lire la suite...

vendredi 4 avril 2014

Une lettre oubliée

Je n'ai jeté aucun des poulets[1] que j'ai reçus, depuis que je suis en âge d'en recevoir de sérieux. Ils sont rangés dans une boîte, à l'abri du temps et des regards.

La dernière fois que j'ai ouvert cette boîte, comme un enfant examinant ses trésors, j'ai constaté que pour certaines de ces missives, j'étais dans la totale incapacité de retrouver le nom de leur rédactrice[2], même si je me souviens parfaitement de l'ensemble de l'histoire.

Ces plongées font parfois ressurgir, au détour d'une lettre dont j'avais totalement oublié l'existence, des souvenirs enterrés, un peu comme la madeleine de Proust. Un papier délicatement parfumé, une graphie nette et très féminine... Je n'ai aucune nostalgie inutile. Il me plaît cependant de me rappeler cet autre temps, où les amants s'écrivaient sur un support facile à conserver.

Notes

[1] Un poulet, c'est un mot doux.

[2] Heureusement, lesdites rédactrices signaient toujours au moins de leur prénom. Je n'ai pas tout perdu...

mercredi 26 mars 2014

Outrages

Pour réparer des ans l'irréparable outrage, comme l'écrivait Jean Racine[1], ma CeT m'impose des crèmes diverses. J'ai réussi à obtenir qu'elles ne soient ni parfumées, ni colorées. Dans la bataille, j'ai aussi gagné qu'elles soient[2] sans parabène, sans additifs ni conservateurs, testées sans cruauté envers les animaux, et à un tarif[3] expliquant à lui seul la dette de notre beau pays.

J'ai savouré ma revanche lorsque, ma peau étant visiblement plus jeune et souple[4], ma Dame est passée, aux yeux de plusieurs personnes, pour une cougar promenant son jeunot.

Notes

[1] Dans un contexte très différent.

[2] Du moins sur le papier.

[3] Celui-là, il n'est pas que sur le papier.

[4] En réalité je n'en sais fichtrement rien, et cela m'indiffère totalement.

- page 1 de 5