C'est peu de chose qu'un nom

Suite au mariage, j'ai accolé le nom de mon épouse au mien, comme c'est possible pour les hommes depuis quelques années. Et cela m'occasionne de temps à autre des remarques quant à ce changement d'état civil de nom d'usage. Ces remarques sont très marquées par le genre de la personne qui les fait.

Lorsque c'est une femme qui m'interroge, c'est pratiquement toujours une forme de joyeuse surprise, du genre c'est rare qu'un homme fasse ça, c'est bien. En sous-main, je sens que la dame est satisfaite que l'habitude, qui voulait que l'épouse prenne toujours le nom de son mari, soit malmenée. Je n'ai jamais eu, venant d'une femme, de critique quant à ce choix.

Il en est tout autrement lorsque c'est un homme qui se préoccupe de mon changement de nom d'usage. C'est plutôt l'incompréhension, voire parfois la semi-hostilité, qui transparaissent à l'idée qu'un homme, un couillu, un vrai quoi, puisse altérer son nom suite à son mariage. Il semblerait que, pour certains, ce soit un abaissement, une souillure, que de prendre, fut-ce partiellement, le nom de son épouse.

Heureusement, l'écrasante majorité des personnes que je croise se soucie comme d'une guigne de mon nom. Et c'est très bien ainsi.