Bleuargghhhh

Le titre devrait suffire, sans que je ne donne trop de détails, sur l'état de mon estomac. Et pourtant tout va bien.

Après vingt années de bons et loyaux services, et un peu plus de mètres cubes de fioul brulés, ma chaudière a rendu l'âme. Enfin, pas exactement la chaudière : la carte électronique qui pilote le machin. La mécanique fonctionne, l'hydraulique aussi, mais le cerveau fait un joli trait plat. La société qui assure l'entretien du bidule a établi un devis de remplacement, en choisissant une carte en or massif vu le tarif.

Alors que pour marginalement plus cher (un peu plus du double), le plombier local me change tout. Une chaudière moderne consommant en principe moins qu'une vieille rogne de vingt ans, laquelle pouvant encore tomber en panne pour d'autres raisons, je n'ai guère hésité.

Donc, hier et aujourd'hui, c'était plomberie-chauffagerie chez moi.

Au cours de ses travaux, le chauffagiste a purgé les tuyaux d'alimentation de fioul. Il a récupéré le carburant dans un quelconque récipient... et durant ses opérations a renversé le dit récipient. Un ou deux litres de fioul sont allés se répandre sur le sol de mon garage, au dessus duquel se trouvent les pièces à vivre.

Il règne ici une odeur assez désagréable, pour ne dire que cela. Ca m'en retourne l'estomac. J'alterne l'ouverture en grand des fenêtres pour aérer, et leur fermeture pour chauffer un peu... Cette nuit, je vais couper le chauffage (je ne perds rien, l'ancienne chaudière ne fonctionnait pas, j'ai déjà ma pile de pulls, couettes et édredons) et tout aérer. En espérant que demain matin ça se sera un peu calmé...