Qu'il vente, qu'il neige...

Après quelques années d'interruption, mon professeur étant revenu d'un exil catalan, j'ai repris les entraînements d'arts martiaux. Ca me fait du bien, c'est amusant, et ça peut toujours servir. Nous ne nous entraînons pas dans une salle, chose particulièrement difficile à trouver, mais en extérieur.

Nous n'allons pas dans des lieux trop fréquentés. Non que nous puissions craindre d'effrayer le promeneur ou de trop attirer l'accorte promeneuse. Ce sont plutôt les curieux et autres spécialistes, généralement auto-proclamés, que nous évitons.

Quand on dit entraînement d'arts martiaux en extérieur, l'image qui se présente à l'esprit est souvent celle d'un groupe faisant du tai chi ou du qi gong, en tenue satinée et tout ça.

Déjà, si les vêtements que l'on porte aidaient à maîtriser un art quel qu'il soit, martial ou non, ça se saurait. Ensuite, ce décorum est une notion très occidentale. Enfin, quand il fait zéro degrés et qu'il neige de façon intermittente, ce type de tenue est parfaitement inadapté.

Parce qu'aujourd'hui, notre espace d'entraînement, c'était ça.

Entrainement.jpg

Quelques centimètres de neige, un vent léger mais froid, des flocons occasionnels et une température entre -1 et 1 degré. Autant dire que nous étions couverts comme il faut, bonnets et gants inclus. Dommage pour le cliché. Ce qui ne nous a pas empêché de prendre quelques bonnes suées.