Dessay - Naouri - Pikulski

Natalie Dessay a mis un terme à sa carrière d'opéra, mais cela ne signifie pas qu'elle abandonne le chant ou la scène. Hier soir, nous assistâmes, Chérie et moi-même, à un récital où Mme Dessay partageait la scène avec M. Naouri. Je dois malheureusement avouer que j'en suis sorti quelque peu mitigé.

N'allez pas croire que ce fut mauvais. Les deux interprètes, Natalie Dessay et Laurent Naouri, ainsi que l'accompagnateur au piano Maciej Pikulski, ont tout à fait tenu leur rang. Il m'a semblé que Mme Dessay était un peu enrhumée[1], et qu'il y avait un léger voile dans sa voix. Peut-être était-ce seulement mon imagination.

Les pièces étaient intéressantes (musique française des 19 et 20ème siècles : Fauré, Duparc, Poulenc Delibes et Widor), M. Pikulski accompagnait parfaitement les voix, le piano soutenant le chant sans jamais le couvrir ni être écrasé par lui. J'ai beaucoup aimé M. Naouri, dont la basse puissante, vibrante, contraste harmonieusement avec les aigus de Mme Dessay.

En bref, beaucoup de qualités indéniables. Et pourtant, je suis ressorti simplement content de ma soirée[2], mais pas emballé comme ce fut le cas pour Il Pomo d'Oro.

Mon problème, qui n'est pas lié aux interprètes, surtout lorsqu'ils sont d'un tel niveau, est que je n'aime pas tellement les récitals. Une ou deux voix, un ou deux instruments qui accompagnent... c'est un peu court. Ma roturière oreille attend qu'on la chahute un peu plus. Peut-être, avec le temps, affinerai-je mon oreille et me mettrai-je à appécier ce type de prestation.

En aparté, Chérie n'a pas du tout aimé la robe que portait Mme Dessay. Trop longue, mal coupée, qui semblait la gêner plus qu'autre chose. Les femmes et leurs histoires de chiffons...

Correction du 6/02/2015 : il semble que le prénom de Mme Dessay s'écrit sans H.

Notes

[1] Ou très enrhumée avec des médicaments efficaces pour tenir deux heures de récital.

[2] Ce qui n'est déjà pas mal.

Commentaires

1. Le dimanche 8 février 2015, 16:31 par Kozlika

Comme toi, je suis rarement enthousiasmée par un récital, un peu plus par un opéra en version de concert, et le plus souvent par un opéra mis en scène. Je crois que c'est parce que j'ai besoin qu'on me raconte une histoire, pas seulement écouter un beau chant/musique/voix. Il arrive toutefois que je sois cueillie au vol par une interprétation particulièrement réussie d'un air, si réussie qu'elle ne nécessite pas de la "mise en situation" du fil d'un récit pour éprouver de l'émotion.

(Ouaipe, Natalie sans h car en hommage à Natalie Wood.)

Ta chérie a raison, ND a du goût pour plein de choses mais ne partage pas les miens ni ceux de O. en matière vestimentaire !

2. Le samedi 14 février 2015, 16:02 par Nuits de Chine

Kozlika : C'est exactement ça. Il me faut une histoire. Tu décris très bien ce que je n'ai pas su écrire.