Une lettre oubliée

Je n'ai jeté aucun des poulets[1] que j'ai reçus, depuis que je suis en âge d'en recevoir de sérieux. Ils sont rangés dans une boîte, à l'abri du temps et des regards.

La dernière fois que j'ai ouvert cette boîte, comme un enfant examinant ses trésors, j'ai constaté que pour certaines de ces missives, j'étais dans la totale incapacité de retrouver le nom de leur rédactrice[2], même si je me souviens parfaitement de l'ensemble de l'histoire.

Ces plongées font parfois ressurgir, au détour d'une lettre dont j'avais totalement oublié l'existence, des souvenirs enterrés, un peu comme la madeleine de Proust. Un papier délicatement parfumé, une graphie nette et très féminine... Je n'ai aucune nostalgie inutile. Il me plaît cependant de me rappeler cet autre temps, où les amants s'écrivaient sur un support facile à conserver.

Notes

[1] Un poulet, c'est un mot doux.

[2] Heureusement, lesdites rédactrices signaient toujours au moins de leur prénom. Je n'ai pas tout perdu...