Quand ça part en vrille...

La vie peut être très drôle. Même au détour d'un appel téléphonique, il y a quelques temps déjà, dans le cadre d'une expertise (au civil). J'avais besoin d'informations, et je m'enquérais auprès du fournisseur d'un certain service.

Tout a commencé par un très classique Bonjour, Nuits de Chine à l'appareil, expert de justice, je souhaite parler à Mme JoliNom s'il-vous-plaît, dit de ma voix qui, si elle n'est pas veloutée au point d'en donner des frissons à distance, n'en est pas moins assez éloignée de la crécelle.

Je m'attendais à plein de réponses de la part de ma correspondante, mais pas à un Pourquoi tant de haine ? sussuré d'une voix aussi interrogative qu'amusée. Il n'y a à mon avis que deux réactions à pareille réplique : on prend la mouche ou on sourit. Ce fut le second choix pour moi, et l'échange, tout en me permettant d'atteindre mon objectif (ou presque), a tangenté le grand n'importe quoi par moments.

Petit florilège :

  • Elle : Hooo je ne sais pas si je vais vous la passer, elle est très occupée et vous me semblez un bien vilain garçon.
  • Elle : On me dit qu'elle est allée se cacher dans une armoire. Peut-elle vous rappeler ? Moi : Bien sûr. Comme je suis souvent en déplacement je vous donne mon fixe et mon portable. Elle : Voilà une bonne initiative, enfin un homme intelligent.
  • Elle, après que je lui ai donné mon numéro fixe : Vous êtes dans le ... sud-ouest ? Il doit faire beau là-bas, non ? Moi : C'est vrai mais, vous savez, 20 degrés en novembre, c'est difficile à supporter. Elle : Haaa, les coups bas sont interdits !

J'ignore si cette personne accueille téléphoniquement tout le monde de la même manière - ce pourrait être risqué pour elle si elle tombe sur un chagrin. Il faut cependant reconnaître que c'est bien plus agréable que les portes de prison sur lesquelles on tombe parfois. Cinq minutes de rire valant paraît-il un bon steak, nous avons bien mangé.