Toulouse Carnet et ses cailloux

Ayant fait ces derniers temps de trop nombreuses infidélités au Toulouse Carnet, j'ai, vendredi dernier, résolu de prouver que les rumeurs sur le contrôle total de mon emploi du temps par ma CeT étaient infondées. Dont acte, et ce fut une très agréable soirée. Nous arrivâmes bons derniers, mais pûmes toutefois profiter de l'essentiel des discussions très animées.

Je ne pense pas nécessaire de rappeler les principaux sujets qui furent abordées, d'autres les ont évoqués avant moi.

Toutefois, au sujet de la prise de température d'un caillou :

  • il n'est pas possible de percer un trou. Cette opération va chauffer le coeur du caillou (sur le passage de la mèche de percement, puis par conductivité thermique). Le puits ainsi creusé sera en équilibre thermique avec l'extérieur quand il se refroidira.
  • pour la même raison, briser le caillou (outre que la brisure risque d'échauffer les surfaces de coupe) amènera ces surfaces, à terme, en équilibre thermique avec l'extérieur.

En bref, toute technique intrusive ne permettra pas de mesurer ce qui intéressait tant Samantdi, à savoir la température du coeur du caillou. Il me semble ne plus rester que la thermographie (infrarouge), un peu comme pour les étoiles.

Ma moitié, du fait du placement, n'a pas pu participer autant qu'elle l'aurait peut-être souhaité à certains échanges. Ce qui signifie que, le mois prochain, il nous faudra arriver plus tôt[1].

Notes

[1] Mais avec les femmes, l'horaire est une notion très relative.

Commentaires

1. Le mercredi 15 octobre 2008, 19:50 par samantdi

Oui oui, je pense que "Chère et Tendre" (le pire étant que personne ne connaît son vrai prénom, à force de faire toutes ces cachotteries!) aurait son mot à dire dans ces débats scientifiques.

Le puits ainsi creusé sera en équilibre thermique avec l'extérieur quand il se refroidira.
Je trouve cette phrase très poétique, elle pourrait figurer dans un traité sur le mariage.

2. Le mercredi 15 octobre 2008, 22:44 par Ardalia

Il y a forcément un équilibre thermique, il n'y a pas de température absolue, c'est une mesure relative aux "conditions ambiantes". Néanmoins, un caillou comme un bout de fer est froid au contact (surtout un galet breton, même exilé), donc le caillou possède bien sa propre température, en relation avec la température ambiante, mais pas identique. Ceci dit, quelqu'un devrait interroger Wiki...

Question, l'heure, pour moi, est une notion très précise, suis-je une femme?

3. Le jeudi 16 octobre 2008, 10:18 par Spica

Effectivement, je ne vois pas de moyen de mesurer la température interne du caillou, seulement celle de sa surface. Dommage que j'ai raté tous ces débats encore une fois très instructifs !

4. Le vendredi 17 octobre 2008, 15:06 par Nuits de Chine

Samantdi : je ne suis pas certain qu'elle apportera plus de sérieux dans nos débats. Ses contributions et interrogations pourraient toutefois être très drôles.
Ardalia : en bottant en touche, on peut dire que si le caillou est plongé depuis suffisamment de temps dans "le milieu", il sera en équilibre thermique. Température au coeur == température de surface. Je discute avec une amie physicienne, nous en sommes à des transformées de Fourier et autres babioles... Quant à ta question, on peut la mettre à l'ordre du jour du prochain Toulouse Carnet, si tu veux (à tes risques et périls, toutefois).
Spica : instructifs, je ne sais pas. Rigolos et déjantés, c'est certain.

5. Le dimanche 19 octobre 2008, 20:26 par mume

Je fus enchantée de cette soirée tellement instructive,de la physique,presque de la chimie, un rien de poésie ÉNORMÉMENT de "déjantage". Un vrai bonheur d'être parmi vous. Je reviendrai...........

6. Le mardi 21 octobre 2008, 09:20 par Nuits de Chine

Mume : je n'ai guère eu l'occasion de parler avec toi, mais ce n'est que partie remise.