Y'en a qui devraient faire plus attention

J'ai commandé mon nouveau joujou chez l'agitateur du coin, où il m'est déjà arrivé quelques mésaventures. Ayant acquis en même temps quelques autres machins qui doivent, eux, passer sur ma compta professionnelle, il me fallait une facture, chose que la caissière ne pouvait pas me produire pour une raison légitime mais un peu longue à expliquer. Je m'en fus donc à l'accueil du magasin demander mon sésame comptable. Lorsque j'arrive près du comptoir d'accueil, j'y vois une brave dame furax limite apoplexique s'y ruer, passant devant moi avec toute la courtoisie d'un troupeau d'éléphants approchant du marigot après une semaine sans boire. N'étant pas à ça près, je la laisse passer. Je dois dire que je n'ai pas regretté ce geste de galanterie[1].

Notes

[1] La galanterie est sa propre récompense, mais y'a pas de petits profits non plus.

Cette dame apostrophe les deux personnes à l'accueil, avec une voix suffisament haute et claire pour être entendue alentours :
C'est absolument scandaleux, je viens de récupérer des photos, vous vous êtes trompés et m'avez donné les photos de quelqu'un d'autre, et en plus ça contient de la pornographie, c'est honteux vous devriez refuser ce genre de clients, et je veux mes photos à moi.
Elle tient à la main un paquet, contenant une grosse centaine de photos, et en montre quelques unes. En effet, c'est un peu chaud.

A ma grande désolation, l'une des deux personnes de l'accueil, une jeune femme charmante, se tourne vers moi et me demande en quoi elle peut m'être utile, laissant son collègue masculin gérer le contenu pour adultes. Je me retrouve donc à un mètre du paquet de photos, trop loin pour pouvoir profiter des détails mais pas assez pour ne pas voir ce qui s'y fait. Il serait cependant discourtois d'ignorer la personne qui s'occupe de moi, et je ne peux laisser mon regard errer sur les pixels imprimés sur papier photo. Dommage, dommage.

La cliente mécontente, le visage rougissant, continue sa loghorrée, ne pouvant pas croire autre chose qu'une erreur du laboratoire qui a traité les photos numériques. Son interlocuteur lui demande si elle est sûre que les photos ne sont pas à elle, mais non enfin pour quoi me prenez-vous, vous avez vu certaines des photos, est-ce que j'ai une tête à photographier des ... choses commes ça ?. Elle reste ferme sur l'erreur du labo. Connaissant la paranoïa de ces établissements, dont la hantise est justement de donner les photos d'un client à un autre, je doute un peu d'un tel scénario. Je dis, à voix basse, à la personne qui est en face de moi : Je suis prêt à parier que quelqu'un a utilisé l'appareil photo de cette dame sans le lui dire. Elle me regarde, tout en remplissant ma facture d'une écriture fine, avec un léger sourire aux lèvres. Le discours furieux de ma voisine de comptoir décrit ce qui devait être une soirée étudiante un peu arrosée, plutôt déshabillée et sexuellement active dans certains coins.

Brutalement, le flot de paroles cesse, entre deux syllabes. Coupé net, comme à la hache. Le contraste est tel qu'il m'est impossible de ne pas regarder. La dame tient à la main une photo que je ne vois pas. La dame n'est plus rouge de colère, mais d'une pâleur spectrale qui, d'ailleurs, inquiète celui à qui elle s'adressait, lequel demande, d'un ton préoccupé, Madame ? Vous n'allez pas bien ? Vous voulez vous assoir ?

La dame reprend les photos, les fourre dans son sac et s'en va, la colère semblant revenir mais n'étant plus destinée aux laboratoires ou aux collaborateurs de l'agitateur.

Pari gagné fais-je à la damoiselle en face de moi, qui se retient de rire parce que ce ne serait pas sympa.

A mon avis, la dame a découvert, un peu brutalement il faut le reconnaître, qu'un de ses enfants[1] n'était justement plus un enfant. Et cette personne va apprendre une leçon qui lui sera utile pour son avenir : quand on emprunte (ou prête) un appareil numérique, quel qu'il soit, on s'assure de ne rien laisser de compromettant à l'intérieur. Surtout pas une carte mémoire.

Notes

[1] Allez, n'ayons peur de rien dans les suppositions, elle a reconnu sa fille; pour un garçon, la réaction eût été à mon avis (sexiste, machiste et stupide) moins forte.

Commentaires

1. Le vendredi 1 juin 2007, 21:19 par TarValanion

Ca doit etre impressionant à vivre. D'ailleurs, y'en a un(e) qui va en retirer une grosse impression. Moi, je faisais attention, j'enlevais la cassette du camescope apres utilisation. ;)

2. Le samedi 2 juin 2007, 01:46 par Nono

La mère: "ma fille, on va aussi voir l'historique de tes conversations msn" La fille: "chuis foutue, je vais faire mes valises"

Le numérique.. hé hé...

3. Le samedi 2 juin 2007, 18:43 par samantdi

Tiens, ça me rappelle une histoire qui est arrivée à une de mes élèves et à laquelle je me suis trouvée mêlée, du coup j'ai en fait le récit sur mon blog.

4. Le samedi 2 juin 2007, 22:18 par Nuits de Chine

TarValanion : c'est l'une des raisons pour lesquelles je vérifie 5 fois le contenu de mes cartes mémoire avant d'aller où que ce soit où l'on pourrait me demander à voir les photos sur la carte.
Nono : j'imagine la scène, en effet. Nous sommes dans une société où nos traces numériques sont très nombreuses.
Samantdi : mésaventure intéressante. La mère aurait-elle pu te causer des ennuis ?

5. Le dimanche 3 juin 2007, 22:29 par Vroumette

Tu sais, même sans le numérique je me suis tapée la honte chez le photographe le jour où j'ai donné un jetable aux zozos pour prendre des photos lors d'une sortie scolaire. Bilan des opérations : 2 photos du château, 6 de doudous dans leur chambre et le reste les zizis et les fesses des zozos. Oups ! Totalement bidonnés lorsque je leur ai donné LEURS photos. Heureusement que je connaissais le photographe car un peu et je me faisais embarquée par les flics pour pédophilie.

Aparté : je n'adorerai pas les découvrir sur papier glacé en "pleine action" (yerk, yerk)

6. Le lundi 4 juin 2007, 09:32 par Nuits de Chine

Vroumette : j'imagine la situation en effet. C'est innocemment fourbe, un zozo.

7. Le lundi 4 juin 2007, 12:03 par kheyliana

bon j'avoue, j'ai adoré ta note ;-)

8. Le lundi 4 juin 2007, 12:08 par Spica

Elle devait être bien stupide naïve la jeune fille, parce qu'avec ce genre de photos, il suffit d'un minimum de jugeotte pour réaliser qu'elle avait intérêt à virer les photos de la carte immédiatement.

9. Le lundi 4 juin 2007, 18:20 par Nuits de Chine

Kheyliana : j'imagine que tu dois tomber sur des ... idioties du même genre au boulot, non ?
Spica : sans doute, ou elle a oublié, ou elle ne pensait pas que sa mère irait déjà faire développer les photos, ou... y'a plein de possibilités.

10. Le lundi 4 juin 2007, 21:22 par Anne

Ou peut-être, comme je le suppose pour Fabiola chez Samantdi, qu'il ou elle voulait plus ou moins inconsciemment se faire piquer, façon comme un autre de dire à ses parents qu'on est plus vraiment un bébé...?

11. Le lundi 4 juin 2007, 22:11 par Nuits de Chine

Anne : c'est une possibilité en effet. Je trouve toutefois la démarche un peu complexe, il doit exister plus simple - quoi que cela dépende des parents.

12. Le mardi 5 juin 2007, 09:21 par Anne

D'abord les chemins de l'insconscient sont parfois tortueux, et puis comme tu le dis, y a des parents avec lesquels un p'tit dessin vaut mieux qu'un long discours !!!

Je ne pense pas que le godelureau ou la jouvencelle l'aient fait exprès. Juste que sans doute, d'une certaine manière, ils avaient un message à faire passer (surveille tes cartes de mémoire, au passage, hein !!).

13. Le mardi 5 juin 2007, 20:19 par Nuits de Chine

Anne : sois tranquille, mes cartes mémoires sont encore mieux protégées que la virginité d'une future sacrifiée dans une secte satanique.

14. Le jeudi 7 juin 2007, 09:47 par Kmille

hum... Je ne suis pas sûre qu'il s'agisse de sa fille. Les mères ont peut-être un lien encore plus fusionnel avec leur fils... de toute manière, après le scandale qu'elle avait fait... Fille ou garçon, elle aurait changé de tête.

15. Le jeudi 7 juin 2007, 13:03 par Nuits de Chine

Kmille : c'est certain, quel que soit le sexe de sa progéniture, elle aurait disjoncté pareil.

16. Le vendredi 8 juin 2007, 23:33 par Fauvette

Mais il s'agissait peut-être de son mari ? Ah ?

17. Le samedi 9 juin 2007, 12:49 par Nuits de Chine

Fauvette : d'après les commentaires de la cliente, cela semblait être plutôt des jeunes gens.