Il voit des dragons partout

Toute personne ayant déménagé sait qu'il s'agit d'une opération pleine de surprises. Je ne parle pas de la facture des déménageurs, qui n'a rien à envier au moteur à improbabilité de Zaphod Beeblebrox (Zappy Bibici en français je crois), ni des surprises dans le nouveau lieu de résidence, auprès desquelles Resident Evil ressemble à une aimable sortie de boy-scouts. Non, je parle de ce que l'on découvre ou retrouve, avec honte ou plaisir, au fond des placards. Et quand c'est votre mère qui déménage, il y a des trucs qui ressortent, comme ça, dont on n'avait jamais entendu parler.

Je n'irai pas jusqu'à dire il y a des cadavres qui ressortent, ce serait un peu exagéré. Et puis les cadavres, on les enterre, on les pleure, on essaye parfois de les oublier, mais on les garde rarement chez soi.

Ainsi, ma mère aimait beaucoup certains disques qu'elle a soigneusement conservé pendant 50 ans sans jamais les écouter : mon père n'aimait pas - après le divorce, la chaîne hifi étant partie avec l'ex-mari, et ses fils n'ayant jamais imaginé qu'elle pouvait avoir des vinyles qu'elle aurait aimé écouter, les disques sont restés dans leur coin. Elle m'a donné ces 45 tours il y a quelques semaines.

Il en est de même de quelques livres, dont elle ne voulait plus (question de volume, vu la réduction de taille du nouveau logement par rapport à l'ancien) mais qu'elle n'aurait pas jeté pour tout l'or du monde. Hop, vers le fils célibataire, car on craint un peu les techniques de rangement des belles-filles.

Et il y a ce que ma grand-mère maternelle a offert à mon père il y a presque 50 ans, et que mon père n'a jamais utilisé. Rien de bien extraordinaire : un pyjama et une robe de chambre, tous deux en très beau coton (ma grand-mère, lorsqu'elle vivait au Vietnam, était -si je ne me trompe pas- commerçante en tissus). L'ensemble étant brodé, paraît-il, de la main de ma grand-mère.

Col pyjamaCol du pyjama

Pochette pyjamaPochette pyjama

Col robe de chambreCol de la robe de chambre

Manche robe de chambreManche de la robe de chambre

On notera, au passage, que ce sont des dragons impériaux chinois, il y a un détail qui ne trompe pas.

Etant né une année du Dragon, rien de bien étonnant que cette parure me botte au plus haut point.

Commentaires

1. Le mardi 8 mai 2007, 01:44 par Spica

Très joli travail. Respect.

2. Le mardi 8 mai 2007, 08:47 par TarValanion

Quel est le detail qui ne trompe pas et qui permet de reconnaitre un dragon imperial au premier coup d'oeil??

3. Le mardi 8 mai 2007, 08:56 par camille des iles

la loose, c'est que des demoiselles te voient en pyjama !! ya pas undouble pour l'héritier ? ca serait claaaaaaaaasse :)

4. Le mardi 8 mai 2007, 12:20 par samantdi

Tu dors avec un chat, maintenant ?

(j'espère te voir vendredi au Toulouse-Carnet !)

5. Le mardi 8 mai 2007, 12:57 par Mme Pas Contente

Si je ne me trompe pas, on reconnait un dragon impérial au nombre de griffes...

6. Le mardi 8 mai 2007, 14:23 par levriernoir

superbes. J'adore les dragons chinois. Je suis jaloux :o)

7. Le mardi 8 mai 2007, 16:04 par Nuits de Chine

Spica : peu de choses de ma grand-mère maternelle nous sont parvenues (une vile histoire d'héritage quelque peu détourné par un oncle). Ces quelques souvenirs n'en sont que plus précieux.
Tarvalanion : voir le commentaire de Mme Pas Contente.
Camille : meuh non c'est pas la loose, sauf évidemment si les événements me font rester en pyjama.
Samantdi : un chat ? tsss. Et en principe oui pour le Toulouse Carnet.
Mme Pas Contente : exactement. 5 doigts, ce qui est bien plus pratique pour lire des livres, d'où leur culture et puissance.
levriernoir : ce n'était pas le but de l'opération ; si je me fais cambrioler je sais où envoyer les enquêteurs.

8. Le mercredi 9 mai 2007, 10:15 par Anne

Tu dois avoir fière allure, avec tes dragons, dis donc ! Quel beau travail en tout cas, que d'heures de broderies ont dû passer dans ces griffes...

9. Le vendredi 11 mai 2007, 20:50 par astra

Superbe ! Tu as du être très touché j'imagine de recevoir cet ouvrage !