Je ne cautionne pas France Télécom

J'ai une relation un peu particulière avec France Télécom (je ne pense pas être le seul). Pour faire court, je ne téléphone presque pas sur ma ligne fixe (merci au courrier électronique et au téléphone portable). Mes factures sont donc réduites à leur plus simple expression : l'abonnement et une toute petite poignée de centimes pour la consommation. Je paye le fait d'avoir un numéro auquel on peut m'appeler. Je crains de ne pas voir le jour où mon PtitBled sera dégroupé, j'espère seulement que l'Hériter le verra.

Tout ça m'énerve profondément, surtout quand l'ex-opérateur monopolistique s'amuse à augmenter le prix de l'abonnement[1]. La conséquence est que je ne paye pas mes factures régulièrement, je sais c'est pas bien, mais déjà qu'une facture quelle qu'elle soit me gonfle, pour FT c'est la totale je ne les ouvre même pas. Donc, ça traîne.

France Télécom n'est pas une société philantropique (ça se saurait) et, au bout d'un moment, ils mettent la ligne en service réduit. C'est normal, je ne m'en offusque pas le moins du monde. Un de mes clients qui oublierait de régler une de mes factures aurait le même type de traitement : tu payes d'abord ce que tu me dois, on discute ensuite de ce que tu veux. En général, c'est là que je réagis et que je règle mes factures (en ouvrant la dernière reçue). Ou plutôt, je règle si je me rends compte de la réduction de service, ce qui a toujours été le cas jusqu'ici. Mes communications passant de plus en plus par Internet, ce coup-ci, je ne m'en suis pas rendu compte. Suite logique et que je ne critique nullement, l'abonnement a été coupé. Plouf, plus de téléphone fixe (plus de factures qui m'irritent non plus).

Jusqu'ici, rien que de très normal. Je n'ai à m'en prendre qu'à moi.
La suite est plus intéressante.

J'appelle donc FT (sur une autre ligne, c'est pas ça qui manque par ici, heureusement) au 1014. Déjà, si vous n'avez pas essayé récemment, je vous recommande de tester. Il y a une sorte de répondeur semi-intelligent (non, pas une standardiste blonde, une machine) à reconnaissance vocale. Ou plutôt à non-reconnaissance vocale. Et à guillotine si ça ne reconnaît pas ce que vous dites : coupure immédiate de la communication, il faut recommencer de zéro. Je n'appelle pas ça un service client mais un foutage de gueule. Après une quinzaine de tentatives (heureusement, le 1014 est gratos), j'ai fini par obtenir un humain qui a compris mon problème (rétablissement d'une ligne coupée) et qui me dit qu'il faut demander le service facturation, en repassant par le 1014 et tout le toutim. Lui faisant part des difficultés que j'ai eues pour franchir l'étape du répondeur à moitié sourdingue, elle me rassure : Oui, c'est normal, enfin pas vraiment mais bon c'est comme ça. Pour avoir le service facturation, il faut que vous disiez les mots "Règlement facture". Pas "facturation", pas "régler facture" ou "payer facture", faites attention sinon ça ne marchera pas Je trouve assez extraordinaire qu'il faille un humain pour expliquer à un autre humain comment interagir avec une saloperie de machine à reconnaissance vocale.

Ayant dit les mots magiques au vilain génie qui empêche aux humains de la vraie vie de déranger les gens de France Télécom, j'ai une personne au bout du fil. Le terme personne est probablement exagéré, ça tenait plus du pitbull mal embouché[2] que de quelqu'un discutant avec un client. Et j'apprends qu'il faut verser une caution de 90 euros pour faire rétablir une ligne coupée. Evidemment, je cherche à négocier, faut pas déconner non plus, ça fait 13 ans que j'ai la ligne, c'est la première coupure, tout ça. Rien à faire, elle n'en démord pas - et reste toujours aussi désagréable, limite insultante, genre chefaillon[3]. Je demande à aller au niveau supérieur, c'est-à-dire qu'elle me passe son ou sa responsable. Dont acte, et j'ai enfin un être humain au bout du fil. Comme quoi tout est possible.

Sauf la suppression de la caution, la dame n'a pas l'autorité nécessaire pour cela, il faut écrire directement au service clients et plaider sa cause.

Bien qu'étant moi-même un vil capitaliste assoifé du sang[4] des simples travailleurs, je trouve cette histoire de caution très malsaine. Qui donc doit la verser ? Ceux qui se font couper leur ligne et veulent la rétablir. Si l'on met de côté les étourdis et les mauvais payeurs[5], somme toute peu nombreux, l'écrasante majorité des coupures concerne des personnes en difficultés financières. Pour rétablir leur ligne, on leur demande de rajouter 90 euros dans la cagnotte, soit 6 mois d'abonnement téléphonique, ce qui est loin d'être négligeable. Sur son strict principe, la caution ne me choque pas. Ca permet d'éviter que France Télécom ne se retrouve de nouveau avec des factures impayées (plus exactement, ça évite que les premières factures impayées le restent, la caution servant à couvrir ces sommes).

Sauf que.

Quand peut-on récupérer ladite caution ? Jamais ou presque : à la résiliation de la ligne par l'abonné. Et ça, ça me choque profondément[6]. Quand résilie-t-on une ligne ? Quand on déménage ou, éventuellement, si la zone se fait dégrouper. Sinon, on conserve sa ligne, les amis et connaissances ont le numéro de téléphone, on ne va pas en changer tous les mois. D'après la responsable avec laquelle j'ai discuté de cela, il fut un temps où, en l'absence d'incidents de paiement après deux ans (je crois) la caution était automatiquement utilisée pour réduire le montant des factures. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Bref, cette caution représente de l'argent qui ne sera jamais remboursé aux clients, ou qui ne sera restitué que dans quatre, cinq, dix ou vingt ans[7] quand l'inflation aura considérablement érodé le pouvoir d'achat associé. J'appelle ça de la trésorerie facilement gagnée sur le dos de personnes en difficultés.

Et je trouve que ça pue.

Pour la petite histoire : je n'ai pas payé la caution, cette ligne reste résiliée, j'en ai résilié volontairement une autre ainsi que tous les services associés, mon bureau va passer par un opérateur alternatif dès que j'aurai comparé les offres, et j'ai vendu toutes mes actions France Télécom.

Notes

[1] Il n'est pas idiot, profitant d'une base de clientèle captive qui ne peut que payer.

[2] Il a fallu que je lui dise sept fois que de mon côté de la communication c'était Monsieur et pas Madame, pas que j'y tienne absolument mais au bout d'une quarantaine d'années on s'attache à certains détails. La septième fois a commencé par un Bordel de couilles mais vous m'écoutez ou non ? du plus bel effet.

[3] Hé oui, un type qui se fait couper sa ligne de téléphone, c'est forcément un économiquement faible, ça ne mérite pas un ton courtois.

[4] Surtout de l'argent.

[5] Je vous laisse me placer dans la catégorie que vous voulez.

[6] Dans le portefeuille, là où ça fait le plus mal.

[7] A quelle fréquence une personne ayant eu de lourdes difficultés financières déménage-t-elle ?

Commentaires

1. Le mercredi 22 novembre 2006, 14:23 par jean-jacques

Bienvenue dans le monde merveilleux des anciens clients de (...), l'entreprise dont on ne peut jamais se désabonner pour la simple raison qu'il est impossible de trouver la bonne adresse à laquelle envoyer des lettres recommandées. Il faut s'attendre à des factures mensuelles, puis à des rappels, puis à des menaces de rétorsions, puis à des mises en demeure... Surtout, ne rien faire (même les avocats le disent), mais c'est pesant...

2. Le mercredi 22 novembre 2006, 15:09 par Spica

Allez, pour t'encourager, je t'assure qu'on peut très bien vivre sans ligne fixe (ni internet pour le compte) chez soi. :-) Mai, je n'ai qu'un numéro de portable, et ça suffit largement (peut-être pour ça qu'on ne m'appelle jamais ?). Moi, je me contente du web au boulot (sinon, j'y passerais sûrement mes nuits aussi). Allez, bon courage pour la suite.

3. Le mercredi 22 novembre 2006, 15:29 par Anne

Ca fait un an et demi qu'on se passe d'eux très bien à la maison. Beaucoup moins sur la ligne adsl du bureau. L'année dernière j'en rugissait de rage d'avoir tapé 50 fois mon numéro de ligne sur le clavier pour que le monsieur qui enfin répondait me le remdemande illico...

Et j'en passe. Et je m'en passe. Très bien merci !

4. Le mercredi 22 novembre 2006, 16:42 par samantdi

Je suis assez furax après eux : pour le déménagement de ma mère, à deux rues de son ancien domicile, 55 francs euros de frais + 25 euros pour avoir gardé le même numéro soit 80 euros + environ 30 d'abonnement pour les deux mois et 10 euros de communication = facture de 120 euros. Ma mère perçoit environ 550 de retraite par mois...

Ici, j'ai gardé ma ligne FT malgré tout car les communications téléphoniques via la freebox sont trop aléatoires (souvent, pas de tonalité, des messages d'erreur fantaisistes et une réception brouillée, des bruits parasites, écho...).

5. Le mercredi 22 novembre 2006, 21:40 par Nuits de Chine

Jean-Jacques : tu m'inquiètes, là, parce que la résiliation de l'autre ligne n'a pas encore été prise en compte. Dois-je commencer à flipper ?
Spica : il me faut quand même une connexion Internet, sinon je meurs. Et plusieurs personnes de ma famille disent qu'appeler sur le portable, ça coûte cher (famille de radins, j'vous l'dis).
Anne : même chose ici, le 1014 demande qu'on indique la ligne sur laquelle porte l'appel, et c'est la première chose demandée par le vague humanoïde hostile que j'ai eu au bout du fil.
Samantdi : 55 euros, pas francs (j'ai corrigé pour toi). Je suppose que ta mère est dans une zone non-dégroupable, vulgairement appelée chuis-le-monopole-par-ici-tu-raques-et-tu-te-tais.

6. Le jeudi 23 novembre 2006, 14:57 par Nono

Pour les non-dégroupés voisins, pourquoi ne pas mutualiser ?

Un coup de Wifi pour le partage de connection et Skype-In pour avoir un "vrai" numéro de téléphone (15 euros par année).

Non ?

7. Le samedi 25 novembre 2006, 19:55 par Nuits de Chine

Nono : le bureau là-bas passe déjà par la VoIP.