Vacances 2006 - 2

Bien des enfants vous le diront, une fois qu'ils se sont remis du traumatisme : avoir des parents divorcés présente certains avantages. Deux maisons, notamment.
Le séjour parisien tire sur sa fin, et c'est la seconde partie des vacances : direction la Bretagne, par un beau et chaud matin de ce mois de juillet. Itinéraire : Rennes, Vannes, Quiberon.

A l'approche de Rennes, je vois un très beau panneau en bord de route : Bienvenue en Bretagne.
"On est déjà en Bretagne ? fais-je à voix haute. Non, c'est un peu plus loin encore..."
A peine deux minutes plus tard, un voile de pluie macule le pare-brise.
"Ok, on est en Bretagne, j'ai rien dit."

L'arrivée et l'installation se font sans peine, et l'Héritier et moi basculons en mode sesqui-larvesque[1]. Lecture, jeu de stratégie[2], et plage. J'aime pas trop la plage en général, mais celle-là est à 5 minutes à pied, pas vraiment déserte mais presque, et j'avais mon stock de bouquins.

Seule ombre au tableau, le week-end est gâché par une animation de plage. Je n'ai rien contre[3], la plage est grande, on trouve quand même de la place. Et ce sont les vacances, je suis tolérant. Sauf que.

Pourquoi faut-il toujours que ces animations soient accompagnées de hauts-parleurs et de musiques plus qu'approximatives, mais au niveau sonore élevé ? Les animateurs ont-ils si peur de contempler leur propre vacuité qu'ils la meublent par des décibels ?

Nous étions au large, en train de nager à grandes brassées tranquilles, lors du coup de grâce : Le petit Fabien attend sa maman à côté de la sono. Vu le volume de ladite sono, le petit Fabien sera prématurément sourd. L'Héritier n'a pas attendu plus d'une seconde pour rebondir sur cette élégante perche tendue par le destin :
"Si vous voulez que l'on noie le petit Fabien, faites le 1.
- Si vous voulez que le petit Fabien retrouve sa maman, faites le 2.
- Si vous voulez qu'après les retrouvailles, ils soient dévorés par un requin, faites le 3."

Notes

[1] Soit 1,5 larve : lui en totalité, moi à moitié.

[2] Score final dans les 10 - 2 pour l'Héritier, mais c'est parce qu'il me refilait toujours les dés qui sortent jamais les trucs qu'il faut quand il faut.

[3] J'eûs toutefois préféré que ce soit du beach volley, plus heuuu intéressant à regarder, et non pas du beach football.

Commentaires

1. Le jeudi 3 août 2006, 13:24 par Camille des iles

je crois que je suis totalement amoureuse de l'heritier.Faut bien le dire !

2. Le vendredi 4 août 2006, 09:33 par Nuits de Chine

Camille : fais attention, il est au courant !
-- Xj

3. Le vendredi 4 août 2006, 16:29 par Eulalie

Han, l'ami Nuits de Chine se sert de son Héritier (tm) pour draguer les futures avocates !

4. Le samedi 5 août 2006, 13:16 par Vroumette qui tape sur le 3 (gniark, j'aime les fins gore).

Je constate que le passage des italiennes n'a pas laissé de séquelles qu'au patron du bar !

Dommage que je n'ai pas de fille à marier, sinon j'aurai adoré l'Héritier comme gendre.

5. Le samedi 5 août 2006, 14:13 par Nuits de Chine

Eulalie : c'est une infâme trahison que d'ainsi dévoiler mes stratagèmes. Pour un peu je t'en ferais reproche.
Vroumette : nan nan, j'étais comme ça avant. Et quel manque de prévoyance de n'avoir pas de fille à marier, vois ce à côté de quoi tu passes !
-- Xj

6. Le lundi 7 août 2006, 23:08 par Vroumette

Je peux toujours en fabriquer une ! Il n'a rien contre épouser une petite jeunette ?

7. Le mardi 8 août 2006, 09:30 par Nuits de Chine

Vroumette : a priori non, mais il va quand même falloir que tu patientes jusqu'à ce que cette petite soit en âge de convoler. Et je ne sais pas si l'Héritier patientera aussi longtemps de son côté...
-- Xj

8. Le mardi 8 août 2006, 14:36 par Vroumette

Mais qui t'a dit qu'il devait rester sage d'ici là ! Ce sera en seconde ou troisième noce ! (Pfff de toutes façons, laisse tomber car mon cher et tendre ne veut pas de quatrième !).

9. Le mercredi 9 août 2006, 10:55 par Nuits de Chine

Vroumette : bon ben tant pis alors. Charge à toi de faire payer ton C&T pour ce qu'il te fait manquer dans la sélection des gendres.
-- Xj