Heureusement...

Après la rencontre de la prof de français, petite explication hier avec l'Héritier, au sujet de sa rédaction déjà évoquée par ailleurs...

En gros, on conclut que :

  • l'autobiographie, c'est se livrer. Il est clair que c'est pas le genre de la maison (depuis 4 générations au moins). Y'a une hérédité lourde. Ca, je peux comprendre.
  • il était conscient que son devoir était insolent, et l'a fait volontairement. Ca, j'ai beaucoup plus de mal à laisser passer. D'ailleurs je n'ai pas laissé passer.
  • l'impertinence argumentative ne me dérange pas, l'insolence nettement plus.

Mais bon, on n'en est pas encore à ça :

[(c)Fred Deligne, que je remercie pour son aimable autorisation].

Commentaires

1. Le mercredi 5 avril 2006, 21:43 par samantdi

Je crois qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat.

Il est cependant vrai que parfois les élèves investissent un sujet de rédaction pour exprimer des choses très personnelles, ou au contraire, comme ici, peut-être le refus d'entrer dans ce qui a été considéré par lui comme de la "confidence" (pouah!)

Un jour, j'avais posé un sujet que je pensais banal à une classe de 5ème. Un gamin a commencé le devoir normalement, puis au bout de 5-6 lignes, il est revenu à la ligne et a écrit : "Ma mère est morte" et il a raconté les circonstances de ce décès (particulièrement tragiques). C'était très troublant à lire, j'avais convoqué le père pour lui montrer le devoir. C'était la première fois que le gamin abordait la question de la mort de sa mère, qui avait eu lieu 4 ans avant, il éludait quand son père essayait d'amener le sujet sur le tapis... Et ce jour-là, va savoir pourquoi, il a eu envie de raconter... Je dois avouer que ça m'a retournée, émue, je me souviens de ce garçon qui doit avoir 30 ans aujourd'hui.

Tout ça pour dire que les rédactions, ce n'est pas forcément neutre, et le prof doit savoir cela en posant certains sujets "sensibles"...

2. Le mercredi 5 avril 2006, 22:12 par Nuits de Chine

Samantdi : c'est tout à fait ça. Pudeur, refus de se livrer, d'ouvrir certaines portes à d'autres...

3. Le jeudi 6 avril 2006, 10:44 par Anne

Je trouve que l'insolence est une réaction épidemique mais pas forcément inintelligente quand on se sent envahi dans son univers. Ce qui était visiblement le cas.

Et encore mieux, il aurait pu mentir : inventer une autobiographie, juste histoire d'avoir la paix. Sa prof ne t'aurait pas convoqué pour vérifier qu'enfant, il détestait les manèges et les barbapapas parce qu'au cours d'un tour de l'un il avait laissé l'autre ! Il a préféré signifier qu'un devoir, sous prétexte qu'il était noté, ne donnait pas droit à toutes les ingérences.

Plus ça va plus je trouve sa réaction très saine, en fait.

4. Le mercredi 12 avril 2006, 22:54 par Nuits de Chine

Anne : Il avait la possibilité d'inventer, c'était même proposé par la prof. Il a préféré autre chose - parce que mentir, c'est pas bien, peut-être. Je suis d'accord sur la réaction de défense, qui s'est manifestée par une (légère) insolence. C'est pour ça qu'on n'en a pas fait toute une salade.
-- Xj