Me prendrait-on pour un con ?

Vous l'avez peut-être compris depuis le temps, je ne suis pas salarié mais TNS (Travailleur Non Salarié, c'est pourtant évident non ?). Profession libérale, pour être plus précis. Jusque-là, rien de bien spécial, ça arrive à plein de monde. Et, comme ce plein de monde, je cotise à une caisse d'assurance maladie (et à pleins d'autres vils collecteurs de l'argent durement gagné à la sueur de mon petit front). Bon. Pareil, rien de spécial.

Pour pouvoir répondre à certaines demandes d'administrations accros à mes compétences, j'ai besoin de certificats disant que je paye mes cotisations sociales, que je ne fraude pas et que je me brosse les dents tous les jours.

URSSAF : un demi-coup de téléphone, 10 secondes d'attente, une conseillère, deux questions et le certificat arrive par la poste demain. Bravo.
Caisse de retraite : encore plus fort, le certificat est envoyé automatiquement chaque année. Rien à demander, faut juste pas le perdre. Chapeau.

Mais pour la caisse maladie...J'appelle.
Répondeur, j'appuie sur la touche étoile comme j'y suis invité.
"Si vous êtes un assuré, appuyez sur la touche 1". Ok, je suis un assuré, j'appuie sur la touche 1.
"Merci d'avoir appelé .... Tût tût tût". Le truc me raccroche au nez (après m'avoir remercié de l'appel, y sont quand même polis).

Bon, j'ai peut-être fait une erreur, après tout il est 10:15, ça fait à peine trois heures que je suis réveillé, deux cafés seulement, le clavier de mon téléphone est petit... Je refais, et rebelotte. Dès que je me déclare "assuré" (ou cotisant, ou cochon de payeur, comme vous voulez), ça me raccroche au nez.

Merci.

Mais c'est pas tout. A force de patience (parce que j'ai vraiment besoin de ce #&@%ù$ de certificat), je finis par passer le barrage du raccroché immédiat. Et ça donne...

"Si vous êtes un assuré, appuyez sur la touche 1". J'appuie. Miracle, ça continue.
"Vous êtes en relation avec ..., tous nos conseillers sont occupés, merci de patienter. Votre attente ne dépassera pas trois minutes."
S'ensuivent 60 secondes de musiques à donner envie de se jeter dans le fleuve du coin, puis de nouveau le message "Vous êtes en relation... trois minutes". Le temps s'écoule, le message revient une seconde fois. Si vous avez bien suivi, cela signifie que j'entame ma troisième minute d'attente, donc il me reste au pire 60 secondes à attendre avant d'avoir un conseiller (parce que je ne peux pas imaginer que le message soit toujours le même, hein, ils ne disent pas "trois minutes" comme on dit "un instant", hein, c'est vraiment un maximum de trois minutes d'attente, hein).

Tic tic tic fait la trotteuse de ma montre. Et soudain...

Tût tût tût. Raccroché de la ligne. Je regarde le chrono du téléphone, qui indique 2:57.
En effet, mon attente totale n'a pas dépassé trois minutes. Très fort.
Très, très fort, même. Mais pas dans le même registre que mes précédentes félicitations.

Commentaires

1. Le mardi 27 septembre 2005, 10:52 par [Inconnu]
et VIVE L'ADMINISTRATION !!
2. Le mardi 27 septembre 2005, 11:09 par [Inconnu]
pas mieux.
3. Le mardi 27 septembre 2005, 12:36 par Paula Rlette
C'est pénible, certes, mais ça nous donne l'occasion de bien se marrer ici !
4. Le mardi 27 septembre 2005, 14:55 par Samantdi
Arrrrrgh, plouf !
(j'ai sauté dans le fleuve le plus proche!)
5. Le mardi 27 septembre 2005, 14:57 par Flo
eeeh oui. it just happens. ça ne donne pas envie de tomber malade tout ça.
6. Le mardi 27 septembre 2005, 19:59 par Falafel65
Ptet que tous les conseillers t'on reperes, y se sont dis "lui, on l'aura pas au phone !" !!!!
CONSPIRATION !!!(*arrivé des infirmiers de l'asile qui m'emmene..pinponpinpon...*)
7. Le mardi 27 septembre 2005, 21:38 par [Inconnu]
Camille et Magrat : exactement. Il y a des pôles de compétence, et d'autres moins. Bah, rien qu'une bonne grève des fonctionnaires ne permettra de péréniser.
Paula : il vaut mieux prendre tout ça en riant, sinon c'est le suicide direct.
Samantha : fais gaffe, ledit fleuve n'est pas très rempli actuellement, tu risques plus de t'assommer qu'autre chose.
Flo : dans l'absolu tu as raison, mais il faut rentabiliser toutes ces cotisations qu'on nous extorque.
Falafel : ils en seraient bien capables. La prochaine fois, j'appelle en masquant le numéro. On verra ce que ça donne.
-- xj
8. Le mardi 27 septembre 2005, 23:01 par Vroumette
Je te confirme. Etant fonctionnaire, il n'est pas rare d'avoir au téléphone, ou débarquant dans note bureau des personnes perdues dans les dédales de l'administration qui sont tombées sur des "jemenfoutistes" qui les ont renvoyées de bureau en bureau et comme nous sommes de gentilles filles nous les aidons, mais certains arrivent parfois un peu énervés (on les comprend).
9. Le jeudi 29 septembre 2005, 01:57 par [Inconnu]
Si tu arrêtais de les harceler, aussi !
10. Le vendredi 30 septembre 2005, 23:14 par P'tit râleur
Il existe une seule tactique pour ces standards automatiques: ne rien taper quand il leur faut un chiffre ou bien donner toujours la réponse: autre. Dans ce cas on finit en régle générale avec un humain. Il me semble que je n'ai pas la possibilité de te donner des bonbons, sinon je t'aurais bien filé 2 ou trois pour te consoler et pour remonter ton taux de sucre dans le sang après une telle épreuve
11. Le samedi 1 octobre 2005, 15:04 par [Inconnu]
Vroumette : c'est bien là le malheur. J'ai rencontré des fonctionnaires très efficaces, serviables et sérieux. Dommage qu'il y ait les autres .
Eulalie : beuh, au pire je harcèle leur répondeur automatique. A coups de hache.
P'tit râleur : excellente suggestion. Mais je crains le raccroché direct "vous avez demandé un être humain tût tût tût".
-- xj
12. Le samedi 1 octobre 2005, 17:55 par Flo
un répondeur ne peut pas dire "être humain".
13. Le samedi 1 octobre 2005, 17:57 par Flo
tiens, on ne peut pas mettre du html dans tes commentaires. bonbin tant pis.
14. Le samedi 1 octobre 2005, 18:27 par Miss lulu
hahaha, ici c'est pareil, SURTOUT si tu veux telephoner a ta compagnie de telephone! y'a plus qu'une chose à faire: prendre ton velo, ton fusil, et aller leur parler en tete à tete