Portnawak, bis repetita placent

Ainsi que je l'ai déjà dit par ailleurs, je porte une attention certaine à ce qui m'entoure. Cela vient probablement de ma parano rampante (hé, après tout, ce sont forcément
des gens qui me veulent du mal).

Toujours est-il que.

Rayon boulangerie, au super-marché du coin. Pas trop approvisionné, ils sont sans doute entre deux fournées. Je prends ce que je voulais et m'apprête à aller porter mes pas ailleurs. Une jeune femme passe à côté de moi et se saisit d'un pain, le regarde, le repose. En prend un autre et le regarde d'un air plus que dubitatif. A l'évidence, elle ne trouve pas ce qu'elle cherche.

A ce moment, l'approvisionneur arrive, tirant son chariot empli de pains et autres viennoiseries. Et la jeune femme l'interroge, lui montrant ce qu'elle tient dans la main.

"Excusez-moi, vous n'auriez pas des boules un peu plus grosses que ça ?"

Commentaires

1. Le mercredi 30 mars 2005, 02:19 par [Inconnu]
Je jurerais que tu as pouffé ! avoue !
2. Le mercredi 30 mars 2005, 11:49 par [Inconnu]
De toute façon, l'attitude de cette cliente est anti-hygiénique : elle n'a pas à tripoter les miches du boulanger comme elle le fait, non mais !
3. Le mercredi 30 mars 2005, 14:29 par [Inconnu]
M'enfin à trainer sur ces tournages à longueur de journée, pas étonnant que tu surprennes ce type de conversation.
4. Le mercredi 30 mars 2005, 18:02 par [Inconnu]
IL fallait saisir la balle au bond...!
5. Le mercredi 30 mars 2005, 21:43 par [Inconnu]
Ginto : Pouffé non. Toussé oui, histoire de ne pas pouffer justement.
Poly : Sauf si le boulanger est d'accord. Et la damoiselle mignonne. Et la boulangère aux fourneaux.
Eulalie : Comment tu sais ça toi ?
Antiope : C'était peut-être une manoeuvre subtile de la part de la damoiselle afin de briser la glace avec l'approvisionneur. A lui de saisir la balle au bond, pas à moi.
-- xj