Une lettre proscrite...

Mnémo, incisive blogueuse, s'est crue inspirée de poser un défi : rédiger une missive pour l'être cher, dépourvue d'une lettre, première de notre bien connue liste de lettres (permettez-moi de souligner que cette dernière tournure ne fut point simple de conception).

Conscient de mes limites en ce sujet, et victime de surcroît d'une notoire infirmité lorsqu'il m'est désiré d'exprimer de telles émotions, je n'espère nullement concurrencer Boucles d'Or ou Demoiselle Primevère, bien que telle idée me fût douce. Leurs proses recherchées dominent de très loin mes modestes gribouillis. Heureusement, les muses sont frivoles, et mes bétises sont donc brèves.

Il est entendu que cette introduction espère seulement éveiller votre indulgence.

Tu es,
Comme le soleil qui illumine nos vies et guide notre chemin,
Comme le vent qui conte ses histoires à l'oreille des feuillus,
Comme l'onde douce et sereine, qui noie en son sein les plus terribles colères,

Tu es,
Présente, fidèle soutien lors de mes moments de doutes,
Présence, qui comble le vide de mes jours et l'ennui de mes nuits,
Présent, en lequel j'oublie qu'il y eut un hier moins heureux,

Tu es,
Et rien ne m'importe plus depuis toi,
Que toi.

Commentaires

1. Le mercredi 15 décembre 2004, 23:36 par [Inconnu]

Apparemment, le fabuleux effort auquel vous avez consenti ne fait pas hurler les foules en délire.

Chouette, un texte sans commentaire. Hop, je m'imisce. Je viens d'arriver, j'ai suivi des petits hiboux (oui je sais, mais je ne me rappelle plus, justement, si cai...ou.. fait partie de la liste) jusqu'ici. Je lis. Je me régale. Voilà.