Café bouillu...

En lisant le titre de cette note, tout individu normalement constitué, et je vous fais le plaisir de vous considérer comme tels, complète automatiquement par café foutu (si vous n'avez pas fait cette complétion, je vous donne une seconde chance, vous recommencez la lecture et vous verrez hop magique ça marche !).

Oui mais bon d'abord qu'entend-on par "bouillu" ? Je ne veux pas donner l'impression d'être obtus, mais il y a bouillir et bouillir. Pour la plèbe, bouillir, c'est simplement porter à 100 degrés Celsius (pour de l'eau, sous atmosphère terrestre, au niveau de la mer, avec 1g de gravité; ça, c'est pour mon animal de puriste de fils qui, sinon, ne pourra s'empêcher d'apporter ces précisions). Certes. Mais pour les autres, les pas-la-plèbe, plus couramment désignés sous le terme des élites de notre belle culture rayonnante ? Hein ? Ca veut dire quoi, bouillir ? Plus exactement, que peut signifier "faire bouillir le café", parce qu'après tout c'est là le sujet de ma note ? (quinze lignes pour en arriver là; je devrais me faire journaliste payé à la ligne -écrite, pas sniffée-, je serai millionnaire en un ou deux mois).

Faire bouillir le café, ça veut dire oublier pendant 45 minutes sa cafetière sur le feu (doux, mais chaud quand même). Sentir brutalement une très désagréable odeur de bakélite (la poignée de la cafetière) fondue et brulée. Constater que les lois de la thermodynamique s'appliquent aussi au café, et que l'ébullition correspond à l'évaporation de l'eau du café. Qu'une fois toute l'eau évaporée, il ne reste qu'une vague substance noirâtre dans la cafetière (résidu de distillation, si vous voulez le terme le plus approprié), totalement impropre à la consommation, surtout si l'augmentation subséquente de température a grillé ledit résidu (multi-torréfaction), qui attache plus mieux que la plus belle colle du monde. Que le pas de vis de la cafetière, portée à une température largement supérieure à 100°C, s'est déformé et ne se dévisse plus (bon, avec un marteau et une scie, je pense que ça reste jouable). Que vraiment, la bakélite fondue, ça pue. Qu'une partie du café, préférant sans doute la fuite à l'évaporation (comme les capitaux devant l'impôt), est allée s'installer gentiment sur et autour des plaques de cuisson, y a caramélisé et s'y est "plastifiée" avec la bakélite fondue.

Résultat des courses :

  • Je n'ai pas eu mon café (logique),
  • Je vais devoir gratter et bien nettoyer mes plaques de cuisson,
  • La cuisine est impropre à l'utilisation tant qu'elle ne s'est pas aérée totalement,
  • J'ai dû jeter la cafetière.
J'en suis à ma troisième cafetière différente en autant de mois.

L'abus de cafetières est-il dangereux pour la santé ?

Commentaires

1. Le jeudi 16 septembre 2004, 13:25 par [Inconnu]
C'est en forgeant qu'on devient forgeron...
C'est en bouillant qu'on devient bouilleron ?
2. Le jeudi 16 septembre 2004, 13:55 par Jé.
Si j'étais toi, je commencerai le matin par boire une bonne café. Ça évite ce genre de désagrément. Moi aussi le matin je ne suis pas bien attentif.
3. Le jeudi 16 septembre 2004, 13:56 par Jé.
"une bonne TASSE" de café", vous aurez rectifié par vous-même, hein ?
4. Le jeudi 16 septembre 2004, 17:01 par [Inconnu]
Ou alors tu passe à l'expresso, il y a moins de risques !
5. Le jeudi 16 septembre 2004, 20:25 par Heidi
As tu songé à te mettre au thé ?
6. Le vendredi 17 septembre 2004, 01:26 par [Inconnu]
Thé, t'es où pendant ce temps là ?
Tonton, déca maître
7. Le vendredi 17 septembre 2004, 22:31 par [Inconnu]
si tu as oublié ta cafetière, c'est que tu n'avais pas vraiment envie de café..et puis cafetière bouillue, cafetière foutue aussi :-)
8. Le samedi 18 septembre 2004, 12:29 par Hedwige
... t'aurais pas un peu la poisse quand même?
9. Le dimanche 19 septembre 2004, 23:43 par [Inconnu]
Dabro > Dans ce cas, je suis bouilleron niveau cent-vingt-douze, au moins.
> Ben justement, c'est ce que je voulais faire, avec le résultat décrit dans ma note.
ehteleme et Heidi > Faudra que je raconte mes mésaventures avec ma théière un jour, vous comprendrez pourquoi je l'évite.
Tonton > Déca, seulement ? Je dirai au moin hecta-maître.
La cigale > Ben si, j'en avais 'achtement envie en plus. Ma dooose...
Hedwige > Tu crois ? Mes problèmes ne seraient pas plutôt causés par une malédiction de blonde (pas forcément toi, hein) ?
-- xj
10. Le lundi 20 septembre 2004, 00:23 par [Inconnu]
Il est temps, grand temps, d'aller voire ces sites de blondes dévouées venues de l'autre bout du monde.
Parce que quelqu'un d'autre qui s'occupe de ton quotidien, ça me paraît être la seule solution valable...
11. Le mardi 21 septembre 2004, 00:57 par [Inconnu]
Avril > Ta dernière phrase peut avoir deux significations. Primo, "la seule solution est que quelqu'un d'autre s'occupe de mon quotidien", manière de dire "il serait temps de te caser mon p'tit gars t'auras moins d'ennuis domestiques" (en aparte, le lien casé/pas d'ennuis domestiques est encore à prouver). Secundo, "quelqu'un doit te maudire pour que ton quotidien soit aussi accidenté", manière de dire "attrapez la sorcière, je prépare le bûcher".
Quelle est la bonne version ?
-- xj
12. Le mardi 21 septembre 2004, 20:09 par [Inconnu]
Rhôlalala, tout de suite...
13. Le mercredi 22 septembre 2004, 22:28 par [Inconnu]
Il est venu le temps de passer au thé...
14. Le vendredi 24 septembre 2004, 14:57 par [Inconnu]
Eulalie > Tu n'es pas visée. Enfin, tant que l'enquête n'est pas terminée.
Heure_bleue > Un jour (pas trop lointain), j'expliquerai mes relations avec ma théière, et pourquoi je me méfie d'elle.
-- xj