jeudi 5 janvier 2012

Bouhouhou raté !

Y'a pas à dire, on laisse parfois passer des occasions que l'on regrette par la suite.

Je n'évoque pas quelque donzelle lubrique qui aurait croisé mon chemin (ma CeT en aurait fait de la pâtée avant de retourner son ire contre moi), mais d'une situation parfaitement représentée par

(c) www.xkcd.com

L'occasion s'est présentée début décembre, lors du baptème de promotion de l'Héritier. Nous étions conviés à y assister (l'armée fait bien les choses, même pour des polytechniciens). Je dois reconnaître que l'Héritier en uniforme, ça change. J'attends encore de le voir dans l'uniforme de l'X, et pas seulement dans celui d'un officier de l'Armée de Terre, m'enfin ça jette quand même pas mal.

Bref, pour la cérémonie et l'adoubement, il avait un sabre, qu'il m'a montré. D'où l'occasion ratée.

Snirfl. Il va falloir que j'attende une nouvelle génération, en espérant qu'il y aura un X ou une Xette dedans, pour pouvoir faire cette vanne.

lundi 29 août 2011

L'Héritier est un homme - depuis aujourd'hui

Non, je n'évoque pas une virginité qui aurait disparu - je n'ai aucune information sur ce sujet, qui ne me regarde absolument pas.

Juste que l'Héritier est militaire depuis ce matin (ben oui, Polytechnique, ça reste une école militaire).

Et je suppose que, durant ses classes, il n'aura pas à apprendre comment déboucher et boire un pack de 6 bières en moins de 30 secondes...

vendredi 5 août 2011

Rhaaaa les enfants...

J'ai décrit il y a quelques temps les affres que l'Héritier nous a fait vivre en attente du premier appel pour les admissions "fermes" aux concours des grandes écoles. Le suspens n'a pas duré plus que nécessaire : nous avions deux possibilités, toutes deux superbes, et une forte probabilité qu'il faille choisir entre les deux.

Un dilemne de riche, en quelque sorte.

L'Héritier a choisi, non sans tergiversations et doutes. Choisir, c'est renoncer.

Il a opté pour l'X.

Et a déjà commencé à s'entraîner bien comme il faut.

Il s'est égaré durant une randonnée en montagne. Ne se souvenant que de mon numéro de portable (il est en vacances avec la famille maternelle), il a réussi à m'appeler en empruntant le portable d'autres randonneurs rencontrés au détour d'un chemin. J'ai pu ensuite joindre un ex-beau frère (le seul qui n'est pas en congés), qui m'a obligemment donné le numéro de portable des grands-parents. Ces derniers ont enfin prévenu les randonneurs restants, et tout est rentré dans l'ordre rapidement.

Bilan du polytechnicien : je ne me suis pas perdu. C'est juste que la réalité et ma modélisation ne correspondaient pas bien.

lundi 18 juillet 2011

Veillée d'armes

C'est exactement l'ambiance qui règne par ici, la tension ne cessant d'augmenter avec les minutes qui passent.

Nous attendons les résultats des concours de l'Héritier, qui devraient arriver aujourd'hui (pour Normale Sup') et demain (Polytechnique). Quelques autres résultats devraient arriver par la suite (Mines, Centrale) mais ils n'intéressent personne. Les écrits se sont très bien passés, les oraux sont terminés depuis le week-end dernier... il ne reste plus rien d'autre à faire qu'attendre.

Edit. du 19 juillet à 10 heures : un peu en retard... l'Héritier est admis à Normale Sup', rue d'Ulm.

Edit. du 19 juillet à 14 heures : 8ème sur la liste complémentaire pour l'admission à Polytechnique. Avec le jeu des désistements, cela devrait signifier qu'il est aussi admis à l'X.

samedi 6 novembre 2010

C'est toujours flatteur...

Comme je le fais régulièrement, je suis allé cherché l'Héritier à la sortie de son internat ce matin. J'arrive dans la rue, et avise une voiture qui s'apprête à sortir de son emplacement. Chance, étant un peu en avance et dans cette zone hyper-centrale, je ne vais donc pas avoir à me mal garer. La voiture s'extirpe de sa place, je me prépare à faire mon créneau, et je vois le conducteur du véhicule sortir de son habitacle et venir vers moi. En tenant un papier à la main. Il m'a juste refilé son ticket de stationnement, sur lequel il restait 45 bonnes minutes .

Ca être vachement sympatique, la matinée commence bien.

Disposant d'une bonne vingtaine de minutes avant la sortie du Jeune Homme, je suis allé m'encanailler dans une librairie voisine. Nous y sommes retournés ensuite avec l'Héritier, puisque nous avions encore du temps devant nous. Et nous avons fini dans une autre librairie, par l'acquisition de divers ouvrages.

Lors du passage à la caisse... l'officiante nous a pris pour deux frères.

Il m'arrive encore régulièrement d'avoir droit à un "jeune homme" à mon égard, mais c'est bien la première fois que quelqu'un me prend pour le frère de mon fils.

dimanche 24 octobre 2010

Faut savoir rester ludique

Cette semaine, je vais (comme souvent) intervenir dans une université afin de bavasser sur la sécurité informatique. Chose assez courante maintenant, les étudiants ne suivent pas une formation en informatique. Leurs responsables de formation ont seulement estimé important qu'ils soient sensibilisés à cette étrange problématique. Autant dire que je coupe à la tronçonneuse dans tous les détails techniques, histoire de ne pas perdre tout mon auditoire en quelques minutes.

Mais là n'est pas la question.

Aujourd'hui, la mode est à l'interactivité. Ca fait des années que je tente, avec plus ou moins de bonheur, de faire participer les étudiants au déroulement du cours. Typiquement, c'est en posant des questions et en attendant la réponse. L'inconvénient étant évidemment que, dans certains cas, la réponse ne vient pas et on finit par se regarder en chiens de faïence.

Cette année, je vais tenter le coup d'être plus directif, du genre

  1. je pose la question,
  2. j'attends les réponses de l'auditoire,
  3. en l'absence de réponse sous une quinzaine de secondes, je choisis la victime qui doit répondre.

Se pose alors la grande problématique du choix de la personne qui sera sacrifiée à la tranquilité de ses voisins. Il faut que tout cela soit réalisé au hasard. Je sais donc que je ne peux simplement parcourir la liste des présents et en extraire un nom : les personnes dont les noms commencent par les premières ou dernières lettres de l'alphabet auront beaucoup moins de risques d'être appelées que les autres. Je ne veux pas non plus écrire un programme qui me sort un nombre entre 1 et le nombre de participants théorique. Trop lourd et pas assez visuel.

J'ai donc demandé à l'Héritier de me fabriquer un dé à 106 faces (parce que je vais avoir 106 étudiants en face de moi).

Il n'est arrivé qu'à un dé à 108 faces, mais je lui pardonne, construit avec 3D6. La formule est simple : D108 = D6 + 6(D6 - 1) + 36(D3 - 1), sachant qu'un D3 est simplement un D6 modulo 3. Au passage, il m'a servi qu'un Dxy = Dx + x(Dy - 1) = Dy + y(Dx - 1), c'est-à-dire qu'un dé dont le nombre de face est le produit de X et de Y peut être construit à partir d'un dé à X faces et d'un second dé à Y faces.

En résumé, je vais arriver à cette formation avec mes trois dés à 6 faces dans la poche et la liste des étudiants. Ca va être visuel, ça.

jeudi 14 octobre 2010

Conflit générationnel

J'ai un peu réorganisé mon réseau informatique, afin de m'assurer que des documents importants sont bien stockés et sauvegardés. Cela m'a amené à mettre en place un serveur de fichiers, sur lequel les documents importants sont stockés. Ce terme de documents importants couvre bien sûr des documents de travail, mais aussi la numérisation de mes vieux disques vinyles.

Problème, mon installation électrique, pourtant refaite à neuf il y a quelques années, semble peu compatible avec le CPL[1]. Les débits sont assez loin de ceux qui sont annoncés par les fabricants. Avec des conséquences sur la qualité de l'écoute musicale.

Moi : C'est ennuyant, la musique est hachée.
L'Héritier : D'un autre côté, tu écoutes souvent de la musique hachée.

Notes

[1] Courant Porteur en Ligne, c'est-à-dire l'utilisation des câbles électriques pour faire aussi passer le signal du réseau informatique.

jeudi 16 septembre 2010

Les p'tits cadeaux...

Quand j'y pense un peu, je me dis que je n'ai pas totalement raté l'éducation de l'Héritier[1]. Ainsi, sans avoir trop à insister, je reçois des cartes postales de ses vacances. Et parfois même des souvenirs.

Cet été, Il est allé en Ecosse. Que peut-on donc ramener comme souvenir d'Ecosse ? Les réponses les plus simples[2] sont du whisky, un kilt ou une cornemuse. Sauf que je ne bois pas, je ne suis pas sûr de bien porter le kilt, et les nuisances sonores risquent de gêner mes voisins. Sans oublier qu'un cadeau se doit de faire plaisir au récipiendaire.

Apparemment le Jeune Homme a intégré ces différents critères. J'ai eu droit à une peluche. Mais pas n'importe laquelle.

Gentoo Rules !

Ce n'est pas forcément évident sur la photo, mais il s'agit d'un manchot papou. En français, en tout cas, car dans la langue de Shakespeare il se nomme Gentoo, qui est aussi le nom de la distribution Linux que j'utilise pour toutes mes machines.

Et si vous vous interrogez sur la photo, la réponse est probablement Oui, le manchot est posé sur un scellé de gendarmerie.

Modification du 21 septembre : en plus, ma CeT trouve la position de cette peluche tout à fait réaliste - genre monstre de Frankenstein qui s'apprête à fondre sur une innocente victime.

Notes

[1] Certes, sa mère y est aussi pour quelque chose.

[2] En tout cas pour moi.

dimanche 1 août 2010

Une brève en passant

Pendant qu'il conduisait[1], l'Héritier a fait une réflexion intéressante sur les limitations de vitesses imposées aux jeunes conducteurs.

C'est compréhensible qu'un conducteur novice doive rouler un peu moins vite. Mais comme il n'est pas possible de flasher spécifiquement un jeune conducteur en excès de vitesse, pour peu qu'il reste en-deçà de la limitation normale de vitesse, ça l'habitue à faire de petits excès de vitesse. Habitude dont il ne se départira pas une fois ses trois années probatoires passées.

Notes

[1] La conduite accompagnée, une fois les premières émotions passées, c'est sympa. Chauffeur gratuit, servéable et corvéable à merci, sobre comme un chameau et poli. Que demander de plus ?

vendredi 7 août 2009

En vacances, on se lâche un peu

En presque trois semaines de congés avec l'Héritier, nous avons eu de nombreuses occasions de nous amuser. Par malheur, je n'ai pas tout noté, pour ne pas dire que je n'ai rien noté et j'ai tout oublié[1]. Il me reste quand même quelques bricoles.

Tout d'abord un aphorisme du Jeune Homme : La différence entre un élu de gauche et un élu de droite ? Un élu de gauche fait plein d'actions avec de l'argent qu'il n'a pas, alors qu'un élu de droite ne fait rien avec l'argent qu'il a. Bien qu'intéressant, cela me semble mériter d'être amélioré. Voici ma version : Un élu de gauche fait plein d'actions avec de l'argent qu'il n'a pas, un élu de droite fait plein d'argent avec les actions qu'il a.

Ensuite, une anecdote liée à notre visite d'Océanopolis, à Brest. Il s'agit d'un fort beau musée/parc/aquarium qui vaut le détour (mais un jour de grand soleil, de préférence hors des vacances scolaires, pour éviter les hordes de gniards braillants). Qui dit musée dit produits dérivés et boutiques de vente de ces derniers. L'équation X = Enfants + Pitis zanimôs + Souvenirs a une infinité de solutions dans l'ensemble des peluches en tous genres, dont l'une est le bébé phoque. Voyant cela, l'Héritier n'a pu s'empêcher de souligner que ils ont oublié de fournir le gourdin et le couteau à dépeçage avec la peluche, c'est pas crédible.

Ce qui me rappelle sa remarque lors de la visite du Futuroscope, il y a quelques années.

Notes

[1] Alzheimer précoce.

- page 1 de 5