Notes diverses et avariées

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 23 février 2016

Visite familiale

L'un des frangins, la belle-soeur et les nièces qui débarquent pour quelques jours, une agréable balade dans la grande-ville du coin malgré la pluie, un restaurant délicieux, des recettes que je n'ai pas trop ratées...

samedi 20 février 2016

A la bonne soupe !

Il en est du bortsch comme du cassoulet dans notre contrée : chaque ville, chaque famille, chacun affirme connaître la seule véritable recette, les autres n'étant que de pâles imitations proches du ridicule.

Nonobstant ces guerres de clochers, et au risque d'en déclencher une nouvelle, je dois reconnaître que le bortsch cuisiné par ma CeT qui, de façon surprenante, ne contient pas de betteraves[1] est de loin le meilleur que je connaisse. Miam des saisons froides.

Note

[1] Je parle là du bortsch, pas de mon épouse.

mercredi 21 octobre 2015

Berryer délocalisée

La prochaine Berryer hors-les-murs se tiendra en la Salle du Sénéchal (rue de Rémusat) le jeudi 29 octobre 2015. Plus d'informations sur le site du barreau.

mardi 6 octobre 2015

Chat bis

J'ai évoqué le potentiel problème dans un précédent billet. Après plusieurs mois sans difficulté, le bestiau s'est mis dans un mode pénible. Avant de commettre l'irréparable (j'ai déjà le numéro du taxidermiste, mais pas encore pris rendez-vous), peut-être avez-vous des suggestions...

Lire la suite...

jeudi 9 juillet 2015

Silence, on dort

Suspension temporaire des commentaires, non que je n'en veuille plus, mais je ne vais pas pouvoir les nettoyer sur les quelques semaines qui viennent.

samedi 29 juin 2013

Peterhof

De Peterhof, il ne reste plus que le ciel. Il paraît que c'est ce qu'on dit les soldats soviétiques lorsque, après près de 900 jours de siège de Saint-Pétersbourg (Léningrad en ce temps) et d'occupation de Peterhof par les troupes allemandes, ils ont repris le terrain.

Cela fait 70 ans que l'Union Soviétique d'abord, la Russie ensuite, reconstruit patiemment cet extraordinaire palais et ses parcs. On ne voit plus aucune trace évidente des outrages de la guerre, même s'il est probable qu'il en reste, cachés au public. Quand on voit ce que c'est aujourd'hui, par rapport à l'état au sortir de la seconde guerre mondiale, on ne peut qu'être écrasé de la somme monstrueuse d'efforts qu'il a fallu faire.

Peterhof, aujourd'hui, c'est ça.

Peterhof

En 1945, c'était ça.

vendredi 21 juin 2013

Impressions de Saint-Pétersbourg

CeT et moi-même finissons un bref séjour à Saint-Pétersbourg, où nous avons savouré les nuits blanches (il est minuit heure locale, et on y voit comme en plein jour), le caviar (miam), la vie culturelle (deux ballets et deux concerts en 5 jours) et les nombreuses beautés qu'offre la ville (musées et jolies femmes). Cela va me donner l'occasion de quelques billets, histoire d'insuffler un peu de vie dans ce blog moribond.

Je commencerai par du très classique.

Les femmes russes sont très belles. Ou, plus exactement, la densité de très belles femmes semble supérieure à la moyenne[1]. Il en est de très grandes (1.80 sans talons), d'autres de taille nettement plus réduite (1.50) mais la beauté slave n'est pas une légende[2].

Les conducteurs russes sont... différents. Je pense que l'inventeur des montagnes russes s'est inspiré d'un trajet qu'il a dû faire, conduit par un russe. Cela dit, pour les piétons, ce ne sont pas des sauvages si on respecte quelques règles simples :

  • le piéton est un obstacle qu'il convient d'ignorer, sauf
  • si le dit piéton est sur un passage pour piétons, sachant que
  • si le passage est protégé par un feu, et que le feu est vert pour les voitures, revenir au premier point
  • sinon, si le passage est protégé par un feu qui s'avère être rouge, ou si le passage n'est pas protégé par un feu, le piéton a priorité
  • mais (dans le cas du feu au rouge pour les voitures) malheur à celui qui sera encore sur le passage piétons quand le feu passera au vert.

Les boîtes à lettres sont bleues. Certaines poubelles aussi, et elles sont fixées au mur de la même façon qu'une boîte à lettres. Nous avons failli nous faire avoir.

La culture à Saint-Pétersbourg, ce n'est pas une légende. J'ignore le nombre de théâtres, mais on a l'impression qu'il y en a un dans chaque rue (théâtre, auditorium, salle de concert ou de ballet, etc.). Des affiches, un peu partout, vantent tel ou tel spectacle lyrique, chorégraphique ou classique.

Notes

[1] Ma CeT est évidemment encore au-dessus du lot, et je n'écris pas cela parce qu'elle lit par-dessus mon épaule.

[2] Je suis bien placé pour le savoir, j'en ai épousé une; oui, elle lit toujours par-dessus mon épaule.

lundi 19 novembre 2012

Darty se la joue "Happy Tree Friends" pour Noël

Il se peut que la référence dans le titre de la note ne parle pas à l'ensemble de mes quatre lecteurs - il s'agit d'une série d'animation plutôt gore à base de charmants animaux[1]

Toujours est-il que le titre du dernier spam mail promotionnel reçu de Darty est assez particulier. Je vous laisse juger...

Mixeur trilames pour enfants ?

Je me vois bien offrant un mixeur triblade à un gamin, moi. Si, si.

Notes

[1] Pour les curieux et pas trop sensibles : Happy Tree Friends.

vendredi 8 juin 2012

Quelques détails

Prague, c'est très beau, pour peu que l'on apprécie le style baroque. Il y a bien sûr les pratiquement incontournables du Pont Charles, du château et des jardins, le cimetière juif... Il y a aussi de très belles maisons, des ruelles qui, pour peu que l'on s'écarte des principaux sites, ne sont pas blindées de touristes en tous genres, une atmosphère particulière. Il ne faut pas oublier ces salopards de pavés, sournois comme on n'en fait plus, qui profitent de ce que nous avons le nez en l'air pour s'enfuir et provoquer quelques légères émotions durant la marche. Enfin, Prague, ça monte beaucoup et ça descend tout autant. Les mollets et les cuisses en prennent pour leur grade.

Autant dire que le passage à Marienbad nous fait un bien fou : repos, massages, balnéo-machin, air pur, peu de touristes. Un seul bémol, mais de taille. Une ville de cure, c'est rempli de vieux clients. Dans l'hôtel, on nous remarque, avec notre même-pas-siècle à nous deux. En outre, les personnes agées, ça petit-déjeune et ça dine tôt. Bien que le restaurant soit ouvert à des horaires parfaitement compatibles avec les nôtres, à partir de 9 heures du matin le buffet du petit déj' est singulièrement amoindri, et vers 19 heures celui du repas du soir l'est tout autant.

Ce qui ne gâche pas le voyage, il en faudrait bien plus.

jeudi 7 juin 2012

Ca ne s'invente pas

Ici, la nourriture est bonne, le vin intéressant et les femmes plates. Le voyage de noces se passe donc très bien.

Voilà ce que ma très chère épouse envoie sur ses cartes postales.

Après vérification et tests, l'impossibilité d'envoyer des images depuis ma tablette est liée à l'écran tactile. Avec le clavier ça marche. Pour éviter un stress superfétatoire à Eulalie, ici, c'est là :

Voyage de noces Voyage de noces

Comme toujours, un clic sur les photos pour une taille supérieure.

- page 1 de 11