dimanche 4 octobre 2015

Ascii 7, quand tu nous tiens

C'est l'époque malheureuse du règlement de diverses taxes, dont celles liées à la nécessité pour le commun des mortels de se loger. Pour rester cohérent avec le souhait de voir les gaspillagesdépenses de l'état baisser, je télé-règle la taxe foncière.

Lire la suite...

mardi 17 mars 2015

Ca, c'est du frais

Un petit courrier envoyé ce jour à ma banque favorite. Juste pour ne pas perdre les bonnes habitudes.

Lire la suite...

mercredi 2 juillet 2014

Ca marche, mais ça pourrait être mieux

Comme de nombreux autres professionnels, je dois régulièrement déclarer au fisc le montant de la TVA collectée, déduction faite de la TVA versée. C'est un peu chiant, surtout qu'il y a des délais assez stricts à respecter. Jusqu'ici, je n'ai pas eu trop de difficultés, à part quelques retard postaux qui ont fait que l'avis d'acompte à verser m'est arrivé juste avant, voire parfois après la date limite pour le dit versement.

Lire la suite...

lundi 23 juin 2014

Les chemins de l'enfer...

Je suis régulièrement sidéré par des décisions dont le résultat effectif est aux antipodes de celui espéré. Parfois, le résultat obtenu était tellement prévisible que cela fait douter de la compétence de certains.

Lire la suite...

mardi 25 février 2014

Si on change un peu le sujet

Je ne pense pas être le seul à recevoir, actuellement, moult mails promouvant un site spécialisé dans les liaisons extra-conjugales. Je ne vais pas jouer le moraliste à cent sous. Chacun gère sa vie, y compris privée, comme il l'entend.

Lire la suite...

jeudi 11 juillet 2013

Et parce que zut.

Vous avez peut-être entendu parler du fichier clients de Virgin Mégastore, prétendument acheté pour une grosse centaine d'euros par un entrepreneur toulousain (apparemment, cette information était fausse; l'acquéreur serait la Fnac). Cette histoire m'a rappelé que j'étais un (ancien) client de cette entreprise, et que donc mes données personnelles étaient en vente. D'où la lettre suivante, envoyée au liquidateur judiciaire chargé du dossier.

Lire la suite...

jeudi 23 février 2012

I will be back...

Je n'ai[1] pas la tête de Schwarzy/Terminator. Il n'empêche que la petite phrase Je reviendrai se révèle utile, surtout lorsque l'on revient avec des munitions. Certes, pas des munitions comme celles de Schwarzy, peu compatibles avec des relations sociales appaisées. Mais une forme de munitions quand même,

Le contexte est fort simple. J'ai acheté il y a cinq ans moins huit mois des ampoules électriques fluorocompactes. Vous savez, ces machins qui doivent nous faire économiser de l'électricité et donc de l'argent, et qui coûtent fort cher. Ces ampoules sont assorties d'une garantie de cinq ans. Je suis donc encore dans la période de garantie, et l'une des ampoules a grillé. Prévoyant comme je suis, je ressors le ticket de caisse soigneusement archivé, ainsi que l'emballage de l'ampoule, et je me dirige vers le supermarché où j'ai réalisé mon achat, avec la ferme intention d'obtenir le remplacement de la dite ampoule défaillante.

Comme je m'y attendais, je me fais gentiment éconduire sous l'angle du Contactez le fabriquant. C'est techniquement une possibilité[2], mais elle ne me convient pas du tout : pour obtenir l'échange sous garantie d'un produit défectueux, il me faudrait envoyer l'ampoule à mes frais et dans un emballage idoine. D'autant plus qu'il ne s'agit pas de la situation habituelle, qui est que le vendeur doit gérer la garantie de ce qu'il vend, et que je n'ai pas été informé de cette dérogation au moment de l'achat[3]. J'exige le remplacement de l'ampoule par le vendeur, qui est celui avec qui j'ai contracté au moment de l'achat. Fin de non recevoir de la part de ce dernier.

Je dis alors mon petit Je reviendrai, en sortant mon téléphone et en appelant un huissier pour prendre rendez-vous au lendemain, afin qu'il constate le refus de prise en compte d'une garantie. Là, le patron me dit Je vais quand même me renseigner, laissez-nous votre numéro de téléphone.On commence à s'éloigner du script de Terminator, preuve s'il en fallait une que la vie n'est pas un film[4]. Le temps de revenir à mon bureau, j'avais un appel sur le répondeur me demandant de recontacter la supérette.

Je viens de discuter avec le patron de celle-ci, qui me dit de repasser pour un remplacement ou un remboursement.

Moralité : pour faire respecter ses droits de consommateur, y compris sur quelque chose d'aussi trivial qu'une ampoule à 10 euros, il faut parfois faire monter la pression et menacer de faire venir un garde du cardinal (la supérette en question, historiquement, n'aimant pas ces derniers).

Notes

[1] Heureusement je pense, ma CeT pourrait bien me le reprocher.

[2] J'ai vérifié auprès de la DGCCRF et de mon conseil juridique.

[3] Cet axe d'attaque, je viens de l'apprendre.

[4] Et que je ne suis pas Schwarzy.

lundi 30 mai 2011

Ca vous manquait un peu, avouez-le...

Il ne faut pas perdre les bonnes habitudes. De nouveau dans le domaine des télécommunications, après Orange c'est Bouygues Télécom qui s'y colle. Pas de réponse de leur part depuis un mois.

Lire la suite...

mercredi 1 décembre 2010

Négociation express

Mes radiateurs sont en panne. Pas tous, heureusement, mais environ la moitié : les têtes thermostatiques sont grippées, et rien n'y fait, elles ne s'ouvrent plus. Ce qui, par les basses températures que nous rencontrons actuellement, peut se révéler désagréable : il fait 15 degrés dans la maison. J'ai donc décidé de changer toutes les têtes (qui ont le même âge, et je subodore que celles qui marchent ne sont peut-être pas loin de demander leur retraite non plus; tant qu'à faire passer un plombier...).

Rendez-vous est pris pour demain. Mais la société qui doit intervenir m'a appelé ce matin. Evidemment, un appel juste avant un rendez-vous ne peut pas être une bonne nouvelle.

Nous avons un petit problème, lorsque nous avons planifié votre rendez-vous nous n'avions pas noté qu'il fallait changer toutes les têtes des radiateurs, la demi-journée prévue ne suffira pas, il faut reporter le rendez-vous.

Je dois préciser que le devis fait bien état du nombre de radiateurs à traiter, et que lorsque le plombier est passé il m'a clairement dit qu'il faudrait toute une journée de travail. L'information ne semble pas être correctement remontée jusqu'à la planification.

A la proposition de la charmante dame, je réponds qu'on se pèle sévère chez moi sans chauffage[1], même si je souligne qu'il y a les cheminées et que ce n'est pas non plus la Sibérie.

Je comprends, mais c'est vraiment impossible, il y a plein de rendez-vous dans l'après-midi que nous ne pouvons pas reporter, vraiment, ce n'est pas de la mauvaise volonté de notre part mais là il faut remettre l'intervention à la semaine prochaine.

Je sors donc le fusil qui marche presque toujours.

Bon, je veux bien reporter le rendez-vous d'une semaine, mais c'est dur pour nous à vivre, il va falloir nous faire une réduction sur le prix de l'intervention parce qu'après tout nous avons pris rendez-vous il y a dix jours et vous vous êtes trompée quelque part.

Elle m'a rappelé en début d'après-midi. Le rendez-vous de demain est confirmé, ils ont pu décaler tous les autres rendez-vous.

Notes

[1] Il faut toujours exagérer un peu, les p'tits vieux qui grelottent dans leur maison, ça marche bien.

samedi 21 août 2010

Je hais certaines pratiques

Les loueurs de voitures jouent souvent sur du velours : pré-paiement (par mémorisation de la carte) lors de la prise du véhicule, et la facture (ainsi que le débit de la carte bancaire) qui se font alors le client est (souvent) déjà bien loin. Je viens d'en faire l'expérience, avec EuropCar à Orly Ouest.

Lire la suite...

- page 1 de 4